Plus de la moitié de ces Haïtiens qui arrivent au Canada depuis un mois risquent d'être renvoyés après l'étude de leur demande du statut de réfugié. Parmi ceux qui pourraient obtenir un tel statut, il y a les gais, les lesbiennes et les transgenres. Pour eux, il sera plus facile de prouver qu'ils sont opprimés en Haïti, puisque le sénat vient d'y adopter un projet de loi répressif.

Sophie Langlois, qui a rencontré à Montréal un des rares leaders gais haïtiens, a préparé ce reportage.

Plus d'articles

Commentaires