Retour

Le fleuve Saint-Laurent fait l'objet de débat à Montréal

Après Gatineau, c'est Montréal qui a accueilli les 6 et 7 octobre le sommet AquaHacking sur la préservation, la restauration et la valorisation des cours d'eau d'Amérique du Nord. Pour cette deuxième édition, le fleuve Saint-Laurent était au cœur des débats entre différents participants.

Spécialistes, environnementalistes, amoureux de la nature et politiques ont répondu à l'invitation de La Fondation de Gaspé Beaubien, organisatrice du sommet qui a vu la participation du maire de la Ville de Montréal, Denis Coderre, et celui de Québec, Régis Labeaume.

Abordant la gestion des eaux à Montréal, M. Coderre a défendu sa décision de déverser 5 milliards de litres d'eaux usées dans le Fleuve de Saint-Laurent en l'automne 2015 pour les travaux de l'autoroute Bonaventure.

Selon le maire, ce déversement, qu'il qualifie de « geste audacieux », s'est fait en tenant compte des normes environnementales pour préserver le fleuve.

Tout en réaffirmant son attachement à la protection des eaux et de l'écosystème, M. Coderre a affirmé qu'il veut démocratiser le fleuve Saint-Laurent en le rendant plus accessible.

Il a par ailleurs souligné qu'il ne ménagera aucun effort dans sa politique de « réappropriation des berges ».

Quant au maire de Québec, Régis Labeaume, il a tenu à saluer l'initiative de la famille De Gaspé Baubien « sur un sujet qui [le] préoccupe ».

Le sommet a présenté la grande finale du DÉFI AquaHacking. Un concours qui récompense le meilleur projet technologique (applications web, mobiles ou autre) pour mieux protéger le fleuve Saint-Laurent en donnant des informations sur la qualité de l'eau, de son niveau de contamination, etc. L'équipe gagnante a reçu 50 000 $.

Créée en 1990 par Nan-b et Philippe II de Gaspé Beaubien, la Fondation de Gaspé Beaubien œuvre dans le domaine du développement durable, la gouvernance dans le secteur de la santé et la préservation de l'eau.

Avec les informations d'Ève Couture

Plus d'articles