Retour

Le forum du PLQ sur l'éducation fait grincer des dents

Le « Forum des idées » du Parti libéral sur l'éducation, qui s'est ouvert sur fond de manifestation hier, se poursuit tout le week-end. Employés du réseau scolaire et parents déplorent avoir été tenus à l'écart de cette activité de réflexion sur l'avenir du système scolaire.

« Le ministre [François Blais] ne cesse de dire qu'il veut donner plus d'accès ou de pouvoir aux parents dans la restructuration du système de l'éducation. Par contre, à la première occasion de participer - un des sujets traités cet après-midi c'est la gouvernance des écoles -, il n'y a aucun parent d'invité à la table », dénonce Eve Kirlin, qui siège sur le comité de parents de la Commission scolaire de Montréal.

Hier, quelques centaines d'enseignants, de psychoéducateurs et d'autres professionnels du milieu de l'éducation se sont rassemblés devant le Collège Champlain de Saint-Lambert, où a lieu le forum, pour demander d'être consultés.

La Centrale des syndicats du Québec juge « aberrant » que des discussions sur l'avenir de l'éducation soient alimentées essentiellement par des personnes issues du milieu des affaires et de la gestion, dont un spécialiste de la commercialisation du savoir.

Près de 50 conférenciers et panélistes du Québec, du Canada, de la France et d'ailleurs participent au forum.

Un coût qui dérange

Le coût de l'inscription, qui est de 150 $ par tête, en choque aussi plusieurs. 

De nombreux élus des commissions scolaires ont fait le choix de participer au forum des libéraux pour faire entendre leur voix, même s'ils reconnaissent qu'il s'agit avant tout d'une activité partisane, a indiqué la Fédération des commissions scolaires du Québec.

« Ce n'était pas nécessaire de faire un débat de parti. Ç'aurait été intéressant de le faire au niveau du gouvernement pour que tous y participent. Parce qu'il y a des frais qui limitent la possibilité à des gens de venir s'inscrire », soutient la présidente de la Commission scolaire de Laval, Louise Lortie.

Le directeur fondateur du Forum des idées pour le Québec, Jean-François Garneau, ne comprend pas que le coût de l'activité dérange. « C'est quand même surprenant que ce soit le point qui chicote les gens. D'autant plus qu'on a une loi qui dit clairement que ce n'est pas une activité de financement et que le directeur général des élections va superviser pour que ça ne le soit pas. De toute façon, on fait des déficits, on ne fait pas de profits avec l'événement », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires