Retour

Le jeu de patience de l'Impact de Montréal en 2017

BILLET – Citons le président de l'Impact, Joey Saputo : « Il y a beaucoup de nouveaux visages, une énergie nouvelle et un projet précis pour bâtir une équipe dont vous pouvez être fiers. Mais il faut se donner du temps. Et avec tous les changements, il faut donc aussi savoir être patient. »

Un texte d’Olivier Tremblay

Cet appel à la patience était prévisible. Un personnel technique remanié supervisera les recrues. L’expérience a cédé la place à la jeunesse. Mais le besoin de renforts demeure criant, et les attentes sont fort modestes ou devraient l’être.

Puisqu’on demande de la patience, voici quelques variations sur ce thème à l’approche du match d’ouverture de l’Impact, dimanche, à Vancouver.

Il faut lui montrer de la patience : Rémi Garde

Cinquième pilote de l’Impact en sept saisons de MLS, Garde est le deuxième Européen, après Marco Schällibaum. Mais les exigences sont différentes. On priait le volcan suisse de gagner tout de suite. On a confié au Français un projet qui s’inscrit davantage dans la durée.

Or, actualiser un effectif, en MLS, peut être un exercice de haute voltige. Demandez au Toronto FC, qui a pris son envol après l’embauche de Tim Bezbatchenko, un ancien du bureau des règlements du circuit Garber, au poste de directeur général. (Et, accessoirement, quand l’équipe a acquis les meilleurs joueurs désignés de son histoire.)

Le recrutement est-il plus difficile que l’espérait Rémi Garde? Probablement. Mais malgré l’adversité, il faut mettre les belles paroles à exécution. Il y a un projet précis pour bâtir une équipe? Garde doit pouvoir travailler et s’appuyer ses points forts, comme la formation des jeunes.

Pas le temps d’être patient : Ignacio Piatti

Mais si l’Impact veut éviter que la saison fasse naufrage dès l’appareillage, Piatti devra ramer fort, et vite. On s’attendra de Nacho qu’il demeure, à 33 ans, un des ailiers les plus productifs du championnat.

À travers tous les changements depuis son arrivée, Piatti demeure une constante. Peu importe l’approche de l’Impact ou celle de l’adversaire, l’Argentin crée le danger plus que quiconque.

Cela dit, Piatti demeure le plus menaçant quand de grands espaces s’ouvrent devant lui, que ce soit parce qu’un de ses partenaires (lire : Didier Drogba) attire l’adversaire vers lui ou parce que cet adversaire est trop ambitieux.

Avec un flanc droit équilibré et un Saphir Taïder buteur comme en présaison, un océan d’espace pourrait bien s’offrir à Piatti, d’autant plus si l’Impact mise sur la contre-attaque. Mais encore faut-il absorber les coups. À ce sujet…

Il faudra s’armer de patience : Victor Cabrera

Depuis la blessure à Zakaria Diallo, l’Argentin de 25 ans est le seul arrière central en état de jouer. Du jour au lendemain, des responsabilités accrues lui sont tombées sur la tête, lui qui n’a travaillé avec un partenaire moins expérimenté que lui qu’une poignée de fois en MLS.

Logiquement, Cabrera devrait se retrouver avec Jukka Raitala, un arrière latéral, en défense centrale, dimanche. Ce baptême du feu sera compliqué : le nouvel attaquant des Whitecaps, Kei Kamara, a déjà marqué neuf buts contre l’Impact, la plupart de la tête. Et le jeu aérien est un problème récurrent dans la surface montréalaise depuis toujours.

Cabrera est un bon garçon, mais il n’était pas destiné à devenir le patron de la défense. Pour combien de temps devra-t-il l’être? Quels renforts s’amèneront? D'ici là, le Bleu-blanc-noir devra espérer que Cabrera est mûr pour un bon défi.

Il a fait perdre patience à plusieurs : Matteo Mancosu

Pour faire signer un contrat à Mancosu, au début de 2017, l’Impact a utilisé de l'argent d'allocation ciblé, communément appelé TAM, ce qui a inscrit l’attaquant italien dans la catégorie d’embauches tout juste sous les joueurs désignés. Quelle belle affaire c’était pour l'homme aux quatre buts et deux aides dans les séries magiques de 2016!

Sauf qu’inévitablement, on a mesuré le rendement offensif de Mancosu en fonction de sa nouvelle entente. Et encore, même sans TAM, ç'aurait été nettement insuffisant : 26 matchs, 20 comme titulaire, 6 buts et 2 aides. Comme son équipe, l’Italien n’a jamais pris son rythme.

Mais cet Impact de 2016 a connu ses meilleurs moments, comme Mancosu, quand il a pleinement embrassé son étiquette d’équipe de contre-attaque. D’équipe pragmatique.

Voilà que ce mot est à la mode à Montréal cet hiver. Est-ce un signe que Mancosu redeviendra à la mode lui aussi? Avec la blessure de son partenaire Anthony Jackson-Hamel, il a plus ou moins le choix.

Il sera récompensé pour sa patience : Shamit Shome

Misérable année 2017. Le jeune Albertain a longtemps traîné une blessure à un pied avant de faire une courte apparition dans le dernier match de la saison, cette sinistre défaite de l’Impact pour les adieux de Patrice Bernier.

Le capitaine, justement, n’est plus là. Hernan Bernardello non plus. Blerim Dzemaili non plus. Les portes du milieu de terrain s’ouvrent pour Shome, qui commencera probablement la saison en concurrence avec le nouveau venu Ken Krolicki pour des minutes avec Samuel Piette et Saphir Taïder dans l’entrejeu.

Quoi qu’il arrive, dimanche, Shome a pleinement participé à la présaison de son équipe. C’est déjà un grand pas en avant.

Il prend son mal en patience : Dominic Oduro

L’ailier ghanéen ne fait pas partie des plans de Rémi Garde, qui l’a clairement exprimé en public en louant son professionnalisme. C’est une bien triste fin à Montréal pour un joueur qui, malgré ses lacunes, a fait vivre des émotions brutes aux supporteurs en 2016.

Malheureusement pour Oduro, qui doit avoir hâte que son calvaire se termine, la saison s’amorce et il n’a pas bougé, ironie pour le sprinteur redoutable qu’il est.

Saura-t-il convaincre Garde de lui donner une chance? Oduro deviendra-t-il pour Garde ce qu’a été Samuel Eto’o pour Pep Guardiola, quand l’entraîneur catalan, à sa première saison, voulait expulser du FC Barcelone l’attaquant camerounais qui est finalement resté pour marquer 30 buts en championnat?

Comparons des pommes avec des pommes, mais souhaitons pour Oduro que cette situation se règle aussi vite qu’il court.

Plus d'articles