Retour

Le lac aux Castors de nouveau accessible aux Montréalais

Le lac aux Castors, au sommet du mont Royal, s'apprête à reprendre vie. Les travaux de réfection, en cours depuis 2012, seront finalement terminés cette semaine. Dès samedi matin, les clôtures qui l'entourent depuis trois ans auront disparu.

L'ensemble des aménagements de l'entrée principale, du chemin de pourtour du lac et des sentiers adjacents a été revu au cours de la deuxième phase du projet.

Ces travaux sont venus s'ajouter à ceux, déjà terminés, de l'excavation du lac en vue d'en bonifier la profondeur, de la mise en place d'une chambre de pompage des eaux, et de l'installation d'un réseau de conduites devant permettre la recirculation des eaux récupérées.

Le but ultime? Assurer une meilleure gestion de la qualité de l'eau du lac et permettre aux citoyens de se réapproprier l'endroit.

En 2008, des plantes aquatiques avaient envahi le lac. Par temps chaud, une odeur nauséabonde s'en dégageait. Un premier contrat pour les plans et devis a été accordé en 2011.

L'année suivante, le Groupe Dubé a reçu 7,5 millions de dollars pour la phase 1 des travaux. En 2014, c'était au groupe Super Excavations de recevoir 9 millions de dollars pour achever la phase 2. Cependant, des retards se sont accumulés au fil des ans et le projet a été terminé un an plus tard que prévu.

Samedi, seul le secteur près de la cascade restera clôturé, là où les travaux s'étireront jusqu'à la fin du mois d'août. La maison Smith subit elle aussi un réaménagement, mais l'échéancier est encore inconnu.

« On voit les progrès »

Les Amis de la montagne, qui surveillent les travaux depuis leurs débuts, affirment que le changement se fait sentir.

« Effectivement, on est à la fin des travaux. On le voit bien, on voit les progrès, c'est un très beau projet, un projet nécessaire », se réjouit Hélène Panaïoti, responsable des communications des Amis de la montagne.

Rappelons que deux entrepreneurs poursuivent la Ville de Montréal relativement à ce projet de restauration. Le premier est le Groupe Dubé, qui soutient ne pas avoir pu respecter son échéancier à cause de changements imposés par la Ville. Le deuxième est un entrepreneur qui n'a pas remporté l'appel d'offres.

Avec les informations de Marc Verreault

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine