Le mafieux Rocco Sollecito a été abattu vendredi matin à Laval. « Ce n'est pas compliqué, c'est un meurtre mafieux » a dit le porte-parole de la police de Laval, Franco Di Genova.

La victime a été abattue dans sa voiture. Sa mort a été constatée à l'hôpital. L'enquête a été transmise à la Sûreté du Québec.

Devant la commission Charbonneau, Éric Vecchio, ex-coordonateur national pour le crime organisé italien au Service canadien de renseignements criminels (SCRC), avait décrit Rocco Sollecito comme une tête dirigeante du clan sicilien des Rizzuto.

Il aurait été le responsable des activités liées à l'industrie de la construction au sein du clan avant d'être arrêté dans le cadre de l'opération Colisée, puis emprisonné, fin 2006.

Rocco Sollecito apparaissait sur des bandes vidéo du café Consenza captées en 2004-2005 par la GRC dans le cadre de l'opération Colisée et présentées à la commission Charbonneau. Il avait été libéré en 2012.

Un impact majeur sur le clan Rizzuto

Pour Sylvain Tremblay, ancien enquêteur de la Sûreté du Québec, Rocco Sollecito qui a assuré une partie de l'intérim lorsque le parrain Vito Rizzuto était incarcéré, n'était pas à la retraite.

Cet assassinat aura pour effet de dissuader d'éventuels candidats pour la relève, continue-t-il. Peut-être auront-ils « plus tendance à rallier » les responsables de cet assassinat, estime l'ancien enquêteur de la SQ, citant l'exemple de « la guerre » entre  les Siciliens et les Calabrais.

On a affaibli passablement le leadership de ce qui restait du clan Rizzuto. « On se dirige vers la fin », il serait même étonnant que l'on assiste à une vengeance et des répliques, ajoute M. Tremblay.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine