Retour

Le maire de Laval nie avoir signé une lettre déplorant un projet de la CAQ

Le maire de Laval, Marc Demers, soutient que c'est par erreur que sa signature s'est retrouvée au bas d'une lettre déplorant l'intention du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, de revoir la gouvernance de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

La missive, diffusée dans les médias pendant le week-end, portait aussi la signature des mairesses de Montréal, Valérie Plante, de Longueuil, Sylvie Parent, et de Repentigny, Chantal Deschamps, de même que du maire de Varennes, Martin Damphousse.

« La proposition de revoir la gouvernance de la CMM est une idée avancée par quelqu’un qui aspire à devenir le prochain premier ministre du Québec, a souligné M. Demers dans un communiqué publié mardi. Avant de la rejeter du revers de la main, il faudrait peut-être en voir le détail pour en discuter au mérite. »

« L’idée qu’on puisse discuter de la gouvernance de la CMM ne me met nullement mal à l’aise », a-t-il ajouté.

La CMM est un organisme de gestion régionale des services à la population de 82 municipalités. Son territoire compte 4 millions de personnes, soit près de la moitié de la population du Québec.

En devenant mairesse de Montréal, l’automne dernier, Valérie Plante est automatiquement devenue présidente de la CMM. Et en tant que maire de Laval et mairesse de Longueuil, Marc Demers et Sylvie Parent sont devenus ses vice-présidents – un poste que M. Demers occupait déjà.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine