Retour

Le miracle de Vegas : Fleury présente la meilleure moyenne de l’histoire

BILLET - Les Golden Knights de Vegas, une équipe d'expansion qui en est à sa première saison d'existence, participeront à la finale de la Coupe Stanley. Au cours des prochains jours, beaucoup de gens tenteront d'expliquer comment un tel miracle a pu se produire. Avant de vous égarer dans des théories complexes, veuillez considérer ceci...

Oui, il est vrai que George McPhee et son équipe de recruteurs professionnels ont extrêmement bien manœuvré pour bâtir cette dynamique équipe.

Ils ont exploité à fond les règles du repêchage d’expansion et sont parvenus à assembler un effectif rapide et doté d’une extraordinaire profondeur. Ce sont des denrées que recherchent désespérément la plupart des équipes de la LNH.

Oui, il est vrai que Gerard Gallant a accompli un boulot extraordinaire en parvenant à inculquer une structure solide et une cohésion exceptionnelle au sein d’un groupe de joueurs en apparence disparate, dont les membres provenaient des quatre coins de la LNH. À ce titre, Gallant méritera pleinement le trophée Jack-Adams qui lui sera remis dans quelques semaines.

Cela dit, il existe dans le monde du hockey un vieil adage anglais que personne n’est encore parvenu à faire mentir. Traduit en français, ça donne à peu près ceci : « Montrez-moi un grand gardien, et je vous montrerai un grand entraîneur. »

***

Oui, il est vrai que les Golden Knights de Vegas sont excitants au possible. Mais regardez un peu les statistiques de Marc-André Fleury, et grattez un peu pour voir ce qu’elles signifient. Sa moyenne d’efficacité (,947) est la meilleure de l’histoire de la LNH en séries éliminatoires.

Vous avez bien lu. Parmi tous les gardiens qui ont tenu le fort durant au moins 15 matchs au cours du grand tournoi printanier, aucun n’est parvenu à compiler une meilleure moyenne d’efficacité que le sympathique gardien originaire de Sorel.

Électrisants et combatifs, les Golden Knights ont profité de toutes leurs chances depuis le début des séries. Mais leur gardien, pour l’instant, trône au sommet d’une montagne inaccessible au commun des hommes masqués.

Parmi les gardiens ayant affiché les 15 autres meilleures moyennes d’efficacité de l’histoire de la LNH, on retrouve notamment cinq gagnants de la coupe Stanley et quatre gagnants du trophée Conn-Smythe (Jean-Sébastien Giguère en 2003, Tim Thomas en 2011, Patrick Roy en 2001 et Bernard Parent en 1974).

***

Sans Marc-André Fleury, les séries des Golden Knights auraient pris fin dès le premier tour, lorsqu’ils étaient confrontés à l’étanche machine défensive des Kings de Los Angeles. Pendant que Jonathan Quick multipliait les miracles devant le filet des Kings en stoppant 94,7 % des rondelles dirigées vers lui, Fleury l’éclipsait avec une hallucinante moyenne de ,977.

En inscrivant seulement sept buts au premier tour, Vegas est ainsi parvenu à balayer cette série en quatre matchs!

La finale de l’Ouest s’est conclue dimanche par une victoire de Vegas en cinq petites rencontres. Les Golden Knights ont ainsi battu quatre fois d’affilée une équipe redoutable qui, avant vendredi dernier, n’avait pas subi trois revers consécutifs depuis... mars 2017!

Pourtant, les Jets de Winnipeg ont dominé au moins trois des quatre premiers matchs et ils ont eu plusieurs occasions de changer le cours de cette série. Mais chaque fois, Fleury s’est dressé devant eux.

Mercredi dernier, quand les joueurs de Paul Maurice luttaient désespérément pour éviter de se retrouver devant un déficit de 1-2 dans la série, Fleury a fait face à un barrage de 16 chances de marquer au cours des 40 dernières minutes de jeu, et il est parvenu à protéger la mince avance de 3-2 que détenait son équipe.

Au cours de la troisième période, Fleury a notamment stoppé Tyler Myers en échappée avant de frustrer Mark Scheifele sur une redoutable combinaison de deux tirs à bout portant.

À la fin de la rencontre, le compteur indiquait 19 chances de marquer pour Winnipeg contre seulement 11 pour les Golden Knights. Pour la première fois ce printemps, les Jets ont alors semblé vulnérables.

Vendredi soir, lors du quatrième match, le même manège s’est répété. Les Jets ont dominé cette rencontre tant en possession de rondelle (59 %) qu’au chapitre des tirs au but (37). Mais au bout du compte, Fleury s’est encore campé dans le rôle de l’empêcheur de tourner en rond, et Vegas l’a emporté au compte de 3-2.

Dimanche, le récipiendaire de trois coupes Stanley a fermé les livres de façon magistrale, stoppant 31 rondelles sur 32 pour permettre à son club de l’emporter 2-1 et de se faufiler en grande finale.

***

Au total, Marc-André Fleury a franchi les trois premiers tours des séries en présentant des moyennes de ,977, de ,935 et de ,938. Il a ainsi dominé chacun des gardiens adverses par une marge minimale de 3 %. C’était comme si, soir après soir, Vegas entreprenait ses matchs avec un but d’avance.

Les Golden Knights connaissent un printemps absolument magique. Dans 50 ans, on parlera encore du parcours éliminatoire de cette surprenante équipe.

Oui, les architectes de l’organisation, l’entraîneur de l’équipe et son système méritent tous les éloges qui leur sont adressés. Ultimement, l’histoire retiendra toutefois que rien de cela ne se serait produit sans les miracles de Marc-André Fleury.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine