Retour

Le mont Royal ne sera plus un raccourci pour les automobilistes

Il faudra prendre l'habitude de le contourner. Dans quelques mois, les automobilistes ne pourront plus traverser le mont Royal d'est en ouest. Il s'agit d'un projet pilote annoncé mardi matin par Luc Ferrandez, maire du Plateau-Mont-Royal et responsable des grands parcs au comité exécutif de la Ville de Montréal.

La décision vise à restreindre la circulation des automobilistes qui utilisent le mont Royal comme un raccourci, aux heures de pointe surtout.

Elle a été divulguée pendant la réunion de la Commission sur les finances et l’administration, réunie à l'hôtel de ville depuis la semaine dernière pour étudier la plus récente version du programme triennal d'immobilisations (PTI).

Le projet pilote, qui sera lancé au printemps ou au début de l’été, fait suite à plusieurs accidents survenus sur la voie Camillien-Houde et le chemin Remembrance au fil des ans, dont celui qui a causé la mort de Clément Ouimet l'automne dernier. Le cycliste de 18 ans a été happé par la voiture d'un touriste qui tentait de faire un demi-tour interdit. Un comité a ensuite été créé pour réfléchir à des moyens permettant d'éviter ce genre d'accident.

Vélo-Québec se réjouit de la décision de la Ville de Montréal d'interdire la circulation de transit sur le mont Royal. La présidente de l’organisme, Suzanne Lareau, rappelle que de nombreux automobilistes utilisent la montagne comme un raccourci entre l'Est et l'Ouest de la ville.

« Les voitures qui veulent accéder par l'est le feraient et se stationneraient dans les stationnements autour de la maison Smith; les voitures qui veulent accéder par l'ouest le feraient et se stationneraient dans les stationnements autour du lac des Castors. Mais entre les deux, il n'y aura pas de circulation possible », a expliqué Luc Ferrandez, à sa sortie de l'étude publique du PTI.

« Ça, ça veut dire que toute personne qui veut aller en voiture sur le mont Royal [va pouvoir continuer] d'aller en voiture sur le mont Royal, a-t-il promis. Il n'y [aura] pas de restrictions ou de contraintes pour ceux qui se destinent au mont Royal, qui veulent se garer sur le mont Royal. »

M. Ferrandez souhaiterait aussi que les piétons puissent un jour circuler sur la voie Camilien-Houde, ce qui actuellement impossible.

Le maire du Plateau rêve même d'une navette autonome « à l'emprise modeste », un projet pour lequel le gouvernement du Québec a déjà approché la Ville de Montréal. L'éventuelle navette relierait le bas de la montagne au lac des Castors le long d'un corridor dédié. « C'est peut-être le meilleur endroit pour faire le test que Québec nous demande de faire », a-t-il lancé, mardi.

La Ville veut aussi réaménager le haut de la montagne et réduire le nombre d'espaces de stationnements qui s'y trouvent. M. Ferrandez envisage d'utiliser une partie des terrains de l'ancien hôpital Royal Victoria, maintenant fermé, pour accommoder les gens qui, par exemple, voudraient aller faire du ski de fond sur le mont Royal.

Il s'agit toutefois d'un projet à beaucoup plus long terme que celui de restreindre la circulation sur la voie Camillien-Houde. Il faudra notamment voir si le projet de rachat de l'ancien hôpital par l'Université McGill sera accepté par le gouvernement du Québec.

Dans tous les cas, ces projets feront l'objet de discussions à la Table de concertation du mont Royal, a promis Luc Ferrandez.

Au tour du parc La Fontaine

Par ailleurs, les travaux de la Commission sur les finances et l’administration ont permis à M. Ferrandez d'expliquer sa vision d'un autre grand parc, le parc La Fontaine, que le maire du Plateau considère un peu comme le Jardin du Luxembourg de Montréal – à la fois « romantique » et « moderne ».

Plus de 30 millions de dollars seront consacrés à sa réfection au cours des trois prochaines années. Cette somme servira notamment à construire un nouveau théâtre de Verdure. Le projet imaginé par l'administration précédente sera complètement revu.

« Du point de vue de la culture, c'était l'idéal, mais du point de vue du paysage, c'était une catastrophe », a-t-il lâché.

La future configuration respectera ces deux aspects, a-t-il assuré.

Avec les informations de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Commentaires