Retour

Le niveau de l'eau préoccupe des propriétaires à Mont-Tremblant

La situation se stabilise graduellement dans les Laurentides après le débordement de la rivière du Diable, qui a inondé une trentaine de maisons dans le secteur de Saint-Jovite, à Mont-Tremblant. Les résidents du secteur restent toutefois sur un pied d'alerte, puisque le niveau de l'eau demeure encore préoccupant.

L’eau a atteint son niveau maximal lundi matin. Les propriétaires de trois résidences se sont ainsi retrouvés coincés à l’intérieur de leurs domiciles inondés. Ils ont finalement pu être évacués par les pompiers à l’aide d’embarcations.

Les crues printanières ne représentent pas un phénomène inhabituel dans ce coin de la province, mais les niveaux atteints au cours des derniers jours préoccupent les autorités.

C'est sans compter les précipitations qui devraient s’ajouter plus tard cette semaine. Au moins 35 mm de pluie sont attendus à partir de mercredi.

Un barrage en cause?

En plus de la fonte des neiges et de la pluie, des résidents montrent du doigt le barrage de la Petite Cachée, en amont de la rivière du Diable, qui aurait retenu trop d’eau à l’automne, selon eux. Ils croient que cela aurait contribué à causer un débit plus élevé au printemps.

Le barrage appartient à la municipalité de Mont-Tremblant, mais son débit est géré par le ministère de l’Environnement.

Pour l’instant, environ 150 habitations sont encore menacées par les crues printanières sur le bord de la rivière du Diable et certaines rues sont présentement fermées à la circulation.

Les maisons du secteur ne sont pas assurées contre les inondations, puisqu’elles sont situées dans une zone inondable.

La sécurité civile et les pompiers de la Ville de Mont-Tremblant affirment toutefois avoir la situation bien en main. Les températures clémentes de mardi ont notamment permis de faire baisser le niveau de l'eau au cours des dernières heures, offrant un court répit à la population.

« À tous les jours, il y a un rapport qui est envoyé au niveau du ministère de la Sécurité publique, au niveau des mesures d’urgence, qui est fait par le service de sécurité incendie en partenariat avec les mesures d’urgence de la Ville […] Tout le monde est informé de la situation, les secteurs qui sont fermés [ou] inondés », explique Maxime Labonté, du Service de sécurité incendie de la Ville de Mont-Tremblant.

Le ministère de la Sécurité publique n’a pas encore dit s’il accepterait de dédommager les propriétaires touchés comme il l’avait fait en 2002, à la suite de sinistres semblables.

Avec les informations de Jérôme Labbé

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine