Retour

Le nombre d'enquêtes internes au SPVM a plus que doublé en 2017

La police a beaucoup enquêté sur la police, l'an dernier. Le nombre de dossiers étudiés par le Module des enquêtes spéciales du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est passé de 100 à 210 entre 2016 et 2017.

Cette statistique est tirée du rapport annuel que le corps de police compte présenter à la commission de la sécurité publique, le mardi 22 mai prochain.

Selon les documents rendus publics mardi, 172 des 210 dossiers touchent « un policier du SPVM, sous enquête par un autre corps de police », soit l'équipe mixte de la Sûreté du Québec (SQ). C'est 15 fois plus que les 11 dossiers de ce genre traités en 2016.

Ce bond du nombre d'enquêtes internes est révélateur de la crise qui a secoué le service de police dans les derniers mois, et qui a notamment conduit à la suspension de son directeur, Philippe Pichet.

Une ligne téléphonique anonyme avait d'ailleurs été lancée dans la foulée de cette crise pour permettre aux policiers de dénoncer leurs collègues. Plus de 300 appels ont ainsi été reçus.

Quatre hauts gradés demeurent toujours suspendus avec traitement en raison d'allégations criminelles qui pèsent contre eux, dont Imad Sawaya, un ancien chef de cabinet de Philippe Pichet, et Bernard Lamothe, un ancien directeur adjoint du SPVM.

Le corps de police est actuellement dirigé de manière intérimaire par le directeur de la SQ, Martin Prud'homme.

Le rapport annuel du SPVM mentionne aussi que le nombre de plaintes pour agression sexuelle a bondi à Montréal dans la foulée du mouvement #MoiAussi l'automne dernier.

Les documents dévoilés mardi indiquent que 1828 plaintes ont été reçues l'an dernier, contre 1487 l'année précédente, une augmentation de 23 %.

Avec les informations de Pascal Robidas et d'Isabelle Richer

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine