Retour

Le nouveau règlement animalier de Montréal serait « illégal », selon un avocat

Obliger les animaleries montréalaises à vendre des chiens, des chats et des lapins provenant uniquement de refuges ou de cliniques vétérinaires serait « illégal », selon un avocat. Ce dernier, qui représente une dizaine de ces commerces, entend contester le nouveau règlement animalier présenté jeudi dernier par l'administration de Valérie Plante.

Un texte de Romain Schué

« La Ville de Montréal fait fausse route », clame Me Yves Pépin, qui assure ne pas comprendre pourquoi la métropole serre la vis aux animaleries de son territoire.

À partir du 1er juillet 2019, les animaleries souhaitant vendre des animaux de compagnie, comme des chiens, des chats et des lapins, devront uniquement s’en procurer auprès de refuges. Elles ne pourront donc plus faire appel « à des éleveurs reconnus et sérieux », déplore l’avocat.

Surtout, explique-t-il, « les gens vont aller ailleurs pour se procurer un chien ou un chat de race ».

« Dans les refuges, on en trouve rarement. Ce sont souvent des animaux abandonnés. Les chiens de race, les gens les gardent. Ce n’est pas la même clientèle qui va dans les animaleries et les refuges », reprend-il, en précisant que « lorsqu'une personne est prête à dépenser 1500 $ pour un chiot », celle-ci « va le garder » et en prendre soin.

Les animaleries sont « très contrôlées », défend-il

Reconnaissant qu’« il existe malheureusement, encore, des usines à chiots et à chats » au Québec, Me Pépin souligne qu’à Montréal, les animaleries sont « très contrôlées ».

« Penser que les animaleries s’alimentent avec ces usines, c’est inexact », clame-t-il.

Citant la loi provinciale sur le bien-être et la sécurité de l’animal, l’avocat défend le travail de ces commerces. « Ils doivent avoir un permis, ils ont des règles pour les cages, la nourriture, pour laver les animaux, détaille-t-il. Des inspecteurs passent aussi les voir. Les animaleries ont pignon sur rue à Montréal, elles ne peuvent pas se cacher. »

Alors qu'il reconnaît que ce règlement pourrait entraîner une baisse du chiffre d’affaires de ses clients, Me Pépin estime que les gens intéressés par l’achat d’animaux pourraient également en pâtir.

Selon lui, en se rendant directement « sur Internet, car on y trouve des chiots ou chatons à très bas prix », ou chez des éleveurs afin de se procurer un animal qui n’a pas transité par un refuge, ces personnes se privent d’une « aide ».

« Dans une animalerie, il y a une fidélisation avec la clientèle. Les employés conseillent les gens, suivent l’évolution de l’animal, regardent la nourriture adéquate. Il y a une garantie en allant dans une animalerie. Chaque animal est vu par un vétérinaire et ils n’ont aucun intérêt à vendre un animal qui n’est pas docile. »

La Ville veut « mieux gérer la surpopulation dans les refuges »

Contactée par Radio-Canada, la Ville de Montréal a assuré avoir « confiance en [son] règlement ».

« Nos actions cadrent avec les paramètres des pouvoirs de la Ville, a spécifié Geneviève Jutras, porte-parole de la mairesse Valérie Plante. Notre volonté est de mieux gérer la surpopulation dans les refuges et d'être mieux informé sur la provenance des animaux. »

Le nouveau règlement animalier présenté par l’administration municipale devrait remplacer celui mis en place par l’équipe de Denis Coderre à la fin de 2016. Il sera présenté lundi aux élus du conseil municipal.

Ce texte compte également rendre la stérilisation obligatoire, dès le 1er janvier 2020, pour tous les chiens, chats et lapins, y compris ceux mis en adoption par des refuges, sur l'ensemble du territoire montréalais.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards