Retour

Le parc De Vimy prendra le nom de Jacques Parizeau, maintient le maire Coderre

Il affirme aussi qu'à l'occasion des célébrations entourant le 375e anniversaire de la métropole, l'an prochain, les Forces armées canadiennes participeront à des événements spéciaux durant une semaine entière, afin de souligner l'apport exceptionnel des militaires canadiens, et pas seulement lors de la bataille de Vimy.

La résolution adoptée mercredi à Outremont mentionnait que Jacques Parizeau avait vécu près de ce parc pendant une grande partie de sa vie et que ses funérailles ont eu lieu dans l'arrondissement d'Outremont. Lorsqu'il en avait fait l'annonce, Denis Coderre avait dit que le parc serait renommé « en honneur à [un] premier ministre qui a été un grand éLe maire de Montréal estime qu'il est de son rôle d'appuyer Outremont dans son désir de renommer le parc De Vimy « parc Jacques Parizeau », en mémoire du défunt politicien qui a mené le camp du Oui près de la victoire au référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec. 

Questionné dans un impromptu de presse sur cette controverse, vendredi, Denis Coderre a déclaré que cette décision, prise unanimement par le comité exécutif de l'arrondissement et appuyée par la Société d'histoire d'Outremont, n'a rien à voir avec la politique ou avec la question nationale. Elle consiste plutôt, dit-il, à remercier un homme qui a joué un rôle important.

Rappelons que le projet de l'arrondissement d'Outremont, à Montréal, de renommer ainsi le parc De Vimy a été grandement critiqué comme manquant de respect à la mémoire militaire canadienne.

L'ancien chef par intérim du Parti libéral du Canada, Bob Rae, est parmi les multiples détracteurs à avoir dénoncé sur Twitter une telle décision, la qualifiant d'insultante.

Une question sensible

« Je comprends que ce soit une question sensible pour certaines personnes », a dit Denis Coderre. « Mais quand on se concentre sur les faits et qu'on décrit le processus et sa signification, je crois que c'est acceptable », conclut-il.

Le maire de Montréal affirme être allé sur les lieux de la bataille de Vimy et dit en mesurer toute l'importance historique.conomiste et un pilier de la Révolution tranquille ».

L'ancien premier ministre du Québec est mort l'an dernier à l'âge de 84 ans.

Une controverse qui peine la famille de Jacques Parizeau

Lisette Lapointe, veuve de Jacques Parizeau et mairesse de Saint-Adolphe-d'Howard, se désole d'autant plus de cette controverse que la famille de Jacques Parizeau s'apprête à procéder à son inhumation ce week-end. 

« On est vraiment dans l'émotion et le souvenir, alors tout ce que j'espère c'est que les choses se tassent et se règlent », a déclaré Mme Lapointe en entrevue sur ICI RDI.

Lisette Lapointe affirme que la famille de M. Parizeau et elle-même n'ont pas été mises au courant par l'arrondissement d'Outremont de l'intention de renommer le parc. L'entourage du défunt homme politique l'a su « par le bouche-à-oreille ».

Une affaire qui va « un petit peu trop loin »

Soucieuse de ne pas « jeter davantage d'huile sur le feu », Lisette Lapointe s'est bien gardée de critiquer ou d'approuver la décision d'Outremont. Tout au plus mentionne-t-elle qu'au parc De Vimy se trouve un monument commémoratif pour Alice Parizeau, première épouse de Jacques Parizeau. Et, dit-elle, Outremont est l'endroit où Jacques Parizeau a le plus longuement vécu, soit pendant 40 ans.

Lisette Lapointe considère que toute cette affaire « va un petit peu trop loin ». Elle déplore qu'on y mêle les convictions politiques de son mari. 

« Bien sûr, il a voulu faire du Québec un pays indépendant, bien sûr, ça a déplu à beaucoup de gens, au Canada anglais », dit-elle.

« Mais il a toujours été extrêmement respectueux envers les personnes qui ne partageaient pas ses convictions et ses opinions et c'est pour ça que je trouve ça vraiment triste, ce qui se passe en ce moment », ajoute-t-elle en soulignant qu'il n'y a pas eu « un seul sourcillement quand l'immeuble qui abrite la Caisse de dépôt et placement a pris son nom ». 

Un événement marquant pour le Canada

Le directeur général de la Fondation Vimy, Jeremy Diamond, s'est dit surpris et déçu en apprenant la décision de la Ville, et plus particulièrement alors que se tiendront, dans un mois, les commémorations qui marqueront le 100e anniversaire de la bataille de Vimy.

« Nous avons l'impression que d'autres endroits à Montréal peuvent rendre hommage et témoigner de l'impact de M. Parizeau sur l'histoire du Québec et du Canada », a dit Jeremy Diamond.

La bataille de la crête de Vimy en France, en 1917, s'est conclue par la prise par quatre divisions canadiennes de la position sous le contrôle des Allemands.

Le directeur général de la Fondation Vimy évoque l'épisode comme un moment déterminant de l'histoire militaire canadienne. « Il y a un grand symbolisme [dans cette bataille] puisque nous étions entrés en guerre en tant que sujets britanniques, mais nous en sommes ressortis en tant que Canadiens », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine