Retour

Le petit Loghann présentait des symptômes d'un bébé secoué

Des hémorragies relevées dans les yeux d'un bébé de près de onze mois tendraient à démontrer qu'il a été secoué, a affirmé un pathologiste au procès d'une gardienne accusée d'homicide involontaire au palais de justice de Saint-Jérôme.

Un texte de Geneviève Garon

« On prélève les yeux seulement quand il y a des soupçons que l'enfant a été secoué », a expliqué le docteur André Bourgault, lors de son témoignage.

La mère de Loghann Gauthier avait la tête accotée sur l'épaule de son conjoint, accablée, alors que le pathologiste détaillait des expertises effectuées sur le défunt bébé.

Il y avait plusieurs hémorragies dans la rétine, qui se manifestent, entre autres, lorsqu'un enfant a été secoué, a-t-il déclaré.

Ce n'est toutefois pas la seule cause, a précisé le Dr Bourgault, mais ce n'est assurément pas le résultat de la chute d'un bébé assis au sol. « Ce n'est pas un traumatisme assez fort pour ça », a-t-il affirmé, en réponse aux questions de la procureure aux poursuites criminelles et pénales, Annie Roy.

C'est pourtant la version des faits que Yolande Bélanger a fournie aux parents de Loghann, le 4 mai 2011, lorsqu'il a été hospitalisé.

Elle a expliqué à Sandra Payeur que son fils était assis sur le plancher de la garderie et qu'il a basculé, se cognant la tête.

Il est mort quelques heures plus tard à l'hôpital. La femme de 63 ans est en liberté alors qu'elle subit son procès pour homicide involontaire.

En contre-interrogatoire, le pathologiste a affirmé qu'il n'y avait pas de marques de mains sur le torse de l'enfant, comme c'est souvent le cas lorsqu'un bébé est pris sous les aisselles pour être secoué. « Peut-être qu'il n'a pas été serré assez fort », a avancé le Dr Bourgault, qui ne pouvait pas évaluer avec précision le moment où les hémorragies sont apparues dans la rétine.

L'accusée semblait fatiguée, selon une autre mère

« Mme Bélanger semblait fatiguée depuis longtemps », a témoigné Amélie Hébert, la mère d'une fillette qui a fréquenté sa garderie en milieu familial de Mirabel. Selon elle, Yolande Bélanger pouvait accueillir « entre six et huit enfants à la fois ».

Mme Hébert a perdu confiance en la gardienne et a retiré son enfant de chez elle lorsqu'elle a entendu sa version des événements qui ont mené à la mort de Loghann Gauthier.

Elle avait estimé que Mme Bélanger avait été négligente en ne mettant pas un coussin pour protéger le bébé ou en ne l'ayant pas assis dans un endroit plus sécuritaire.

Vers le témoignage de l'accusée

La poursuite devrait clore sa preuve mercredi avec le témoignage du neurologue pédiatre Gilles Fortin.

L'avocat de la défense, Jean-Daniel Debkoski, a annoncé son intention de faire témoigner l'accusée, Yolande Bélanger.

Dans sa déclaration aux policiers datée du 25 novembre 2011, Yolande Bélanger soutenait qu'elle gardait six enfants, le jour de la mort de Loghann, et qu'il était le seul bébé de moins de 18 mois.

« Il est tombé sur le dos alors qu'il était assis sur le plancher de céramique. Là, il s'est mis à pleurer fort. Je l'ai pris dans mes bras. Je n'ai pas pensé de vérifier s'il avait une bosse sur la tête. Je l'ai couché parce que je pensais qu'il était fatigué », a-t-elle déclaré.

Quelques minutes plus tard, elle aurait remarqué que ses yeux étaient entrouverts et « pas normaux ».

« Je l'ai pris dans mes bras et il était mou », a-t-elle raconté, pour ensuite communiquer avec le 911.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine