Retour

Le Plateau-Mont-Royal prêt à imposer une limite de 40 km/h sur ses rues artérielles

Le conseil d'arrondissement du Plateau-Mont-Royal doit adopter ce soir une ordonnance visant à réduire la vitesse maximale autorisée à 40 km/h dans ses rues artérielles et à 30 km/h dans les zones scolaires.

Un texte de Marc-Antoine Ménard, avec la collaboration de Benoît Chapdelaine et François Cormier

Pour ce qui est des zones scolaires, la limite de vitesse de 30 km/h s’appliquera même sur les plus grandes rues, durant les heures de classe. Ce sera le cas, par exemple, sur des artères comme De Lorimier, Saint-Joseph ou Saint-Urbain, où se trouvent des écoles.

Le Plateau-Mont-Royal dit ainsi vouloir améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes et réduire le nombre d'accidents.

L’arrondissement estime que la nouvelle politique entraînera également une réduction du bruit et une circulation plus fluide, qui pourrait améliorer la qualité de l’air. « [Avec] plusieurs autos qui roulent de façon plus constante à 40 km/h plutôt que d’avoir un effet accordéon - j’accélère, je ralentis, j’arrête […] les émissions de gaz à effet de serre sont diminuées, c'est prouvé », affirme la conseillère d’arrondissement Marianne Giguère.

En décembre 2014, l’arrondissement avait adopté une ordonnance pour imposer une limite de vitesse de 30 km/h dans ses rues locales et collectrices.

Une île, une vitesse

Le maire de Montréal rejette l’idée que Le Plateau-Mont-Royal ait devancé la Ville centre par cette ordonnance. Denis Coderre rappelle que la stratégie « Vision zéro » accident, adoptée en septembre dernier par le conseil municipal, prévoyait déjà d’aller dans le même sens.

« J’étais d’accord avec le 40 km/h pour les artères commerciales et le 30 km/h pour les artères locales, donc ça concorde avec ce qu’on a dit depuis le début », a affirmé le maire en point de presse, lundi.

La Ville centre promet de s’assurer d’une application harmonieuse de ces changements aux limites de vitesse d’un arrondissement à l’autre. Le responsable du transport au comité exécutif, Aref Salem, souligne que Le Plateau-Mont-Royal n’est pas le premier arrondissement à faire de tels changements, évoquant notamment les exemples d’Outremont et du Sud-Ouest.

Pour ce qui est d’artères comme l’avenue Papineau et la rue Saint-Denis, qui traversent plusieurs arrondissements, M. Salem promet qu’elles ne se transformeront pas en « trappes à tickets » en raison de variations soudaines des limites de vitesse. « Nous sommes dans une seule ville, il faut donner un seul message », a tranché le responsable du transport lundi.

Tout en insistant sur la nécessité d'une « vision globale », Aref Salem soutient que le projet de loi augmentant l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal permettra à l’administration Coderre de s’assurer de cette harmonie sur les artères commerciales.

La conseillère du Plateau-Mont-Royal Marianne Giguère a toutefois une autre interprétation de la répartition des pouvoirs pour l'imposition de limites de vitesse, même avec les changements inclus dans le projet de loi 121. « Sauf erreur de ma part, quand on parle de la Ville dans ce cas-ci, comme les arrondissements ont ce pouvoir là, ça va être nous, les arrondissements, qui vont pouvoir agir là-dessus », dit-elle.

Mme Giguère lance un appel aux arrondissements voisins de Ville-Marie, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve pour en arriver à une implantation coordonnée des nouvelles limites de vitesse.

L’arrondissement estime qu’il en coûtera 30 000 $ pour acheter et installer de nouveaux panneaux de signalisation ainsi que pour mettre à jour l’ensemble des panneaux existants du Plateau-Mont-Royal.

La Commission scolaire de Montréal, Vélo Québec et Piétons Québec ont déjà indiqué qu’ils appuyaient la mesure envisagée.

Une fois adoptée, l’ordonnance sera transmise au ministère des Transports du Québec, qui aura 90 jours pour l’approuver ou la désavouer. Les travaux d’installation des panneaux pourraient donc débuter en mai prochain.

De son côté, l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a déjà obtenu le feu vert du ministère pour des réductions de limites de vitesse similaires à celles du Plateau sur les rues artérielles. Les travaux de signalisation doivent s'amorcer l'été prochain.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde