Il reste encore trois étapes au Tour de France 2017, mais déjà Gervais Rioux peut dire mission accomplie. À la troisième présence d'Argon 18 à la grande boucle, l'équipementier québécois a largement supplanté son bilan des deux dernières années.

Un texte d'Antoine Deshaies

En 2015 et 2016, Argon 18 équipait l’équipe Bora. En 2017, avec Astana et son meneur Fabio Aru, cinquième au général, l’entreprise québécoise s’est invitée dans la cour des grands.

« Participer comme on l’a fait chez Bora c’est bien, mais une victoire d’étape et deux jours avec le maillot jaune, ça nous amène à un autre niveau, confie l’homme d’affaires Gervais Rioux à Radio-Canada Sports. C’est très stimulant et ça injecte beaucoup d’énergie à nos vendeurs et détaillants. »

« On pensait que Fabio Aru pourrait terminer sur le podium, mais il est ralenti par un début de bronchite, ajoute le fondateur de la marque Argon 18 avec son frère Martin. Pour qu’il monte sur le podium, ça prendrait un élément extérieur comme une chute ou un bris mécanique à un concurrent direct. Mais bien des choses peuvent survenir d’ici l’arrivée dimanche. »

L’équipe Astana a même apporté un vélo tout jaune dans sa caravane en cas d’éventuel triomphe d’Aru sur les Champs Élysées sans toutefois l’assembler. Il devrait rester dans les cartons. Cette année du moins. À 27 ans, Aru amorce le quinquennat généralement le plus productif pour les cyclistes. Chris Froome, par exemple, a 32 ans.

Aru a toutefois pu enfourcher un vélo rouge spécialement préparé pour rendre hommage à ses origines en Sardaigne.

« Certains des coureurs nous ont dit que c’était le plus beau vélo du peloton », confie fièrement Gervais Rioux.

Beaux ou pas, les nouveaux vélos Argon 18 ont été à la hauteur du moment et des attentes des cyclistes d’Astana. Ils sont plus légers, plus performants et plus dociles selon Rioux.

« Les coureurs sont souvent réfractaires au changement, mais rapidement nos athlètes ont obtenu de bons résultats. Ils ont été confortables sans avoir à trop s'adapter et je suis très heureux de ça. »

Visibilité accrue pour Argon 18

Les résultats vont de pair avec le succès marketing. Le Tour de France est au vélo ce que le Salon international de l’aéronautique au Bourget est à l’aviation. Une grosse affaire.

Les coureurs en tête de peloton mettent la marque de l’avant et valident du même coup la qualité du produit.

« Je m’attends une hausse des ventes lors des 4 ou 5 prochains mois, prédit Gervais Rioux. Il n’y a qu’une vingtaine de marques présentes et on est la plus petite en termes de ventes. On est fier, mais on veut gagner des parts de marchés. »

« Le marché est difficile et on choisit volontairement d’investir en ce moment pour aller chercher des parts. Ça va rapporter quand les ventes globales seront à la hausse. »

Le fondateur de la marque Argon 18 se présente à la ligne de départ chaque matin. Parfois, il monte à bord de l’une des deux voitures suiveuses de l’équipe et se rend à l’arrivée avec les cyclistes. D’autres fois, il se rend directement à l’hôtel pour suivre l’épreuve à la télévision.

Les heures les plus importantes sont celles qui précèdent le départ. Gervais Rioux en profite pour rencontrer des gens influents et tenter de conclure des ententes pour son entreprise.

Il présente d’ailleurs cette année un projet de vélo intelligent aux organisateurs du tour. Une monture qui serait capable de capter une multitude de données en course du vélo et de l’athlète.

« C’est la place où se brassent les affaires, affirme Rioux. C’est là que se rencontrent les leaders du monde du vélo. »

Le plus beau pour Argon 18, c’est que l’entreprise a sa place dans ce cercle élite pour au moins les deux prochaines années.

Son contrat avec la formation Astana est valide jusqu’à la fin de la saison 2019.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine