Le Canadien a bien failli jouer un vilain tour aux Blues mardi, mais, comme l'a chanté Robert Charlebois, spectateur attentif au Centre Bell, St. Louis s'en est dépris « autant par justesse que justice ».

Un texte d’Alexandre Gascon

Bon, dans sa chanson Fu Man Chu, Charlebois en référait ainsi au héros, et, selon votre allégeance, ça ne s’applique peut-être pas au résultat final.

N’empêche, malgré la belle remontée du Canadien en fin de deuxième et en troisième période, St. Louis a fourni le plus bel effort pour finalement repartir avec cette victoire qui, du même coup, freine à cinq la séquence de gains des Montréalais.

« On a compétitionné, on n’a pas abandonné. Il y a beaucoup de bonnes choses à retirer de ce match », a estimé Claude Julien. Avec raison d’ailleurs.

Pour la dixième fois cette année, le CH a accordé deux buts en moins d'une minute. Dix fois. Mardi soir, le Tricolore s’est surpassé en permettant à Brayden Schenn de porter la marque à 3-1 seulement sept secondes après que Scottie Upshall ait lancé les visiteurs en avant.

Ce que l’entraîneur a qualifié « d’erreurs mentales » aura finalement coûté le match au Canadien, mais cette fois, au moins, l’équipe s’est accrochée à l’adversaire au lieu de s’écrouler comme ça arrivait si régulièrement en début de saison.

« J’ai aimé qu’on soit revenus à égalité en troisième. On a joué un peu de malchance sur le but gagnant. Tu perds des matchs durant une saison qui sont vraiment frustrants, mais celui-ci, j’aurais aimé avoir un meilleur sort. Je ne suis pas déçu de l’effort des joueurs », a fait valoir Julien.

Éreinté par plus costaud

Complètement dominé au deuxième vingt, physiquement et par la vitesse également, le CH a bien répondu lors du dernier engagement. Mais, franchement, ces Blues sont coriaces… et costauds.

À 207 livres par joueur en moyenne, ils viennent au deuxième rang de la Ligue nationale, derrière les imposants Stars de Dallas (210 livres). Surtout, ils comptent près d’une dizaine de livres de plus que les joueurs du CH, en moyenne toujours. C’est beaucoup et ça a paru.

Pas tant par le nombre de mises en échec données, département que le Tricolore a mené 42 à 31, mais simplement en protection de rondelle, en batailles perdues le long des rampes. On le sentait à la peine par moments.

« Ils ont poussé fort en deuxième, ils envoyaient les rondelles dans notre zone et nous faisaient travailler en fond de territoire. C’est là que réside leur succès, parce qu’ils sont costauds », a estimé Jordie Benn.

Costauds certes, mais rapides aussi. Benn sait de quoi il parle.

Sur le deuxième but des Blues, Dmitrij Jaskin l’a débordé sur sa gauche avec une déconcertante facilité avant de remettre la rondelle dans l’enclave à Scottie Upshall, qui venait de battre Brendan Gallagher dans son repli défensif.

Le trio de la petite peste, complété par Tomas Plekanec et Charles Hudon, probablement la meilleure combinaison du Canadien au cours des dernières semaines, s’est retrouvé sur la glace pour deux buts de l’adversaire à cinq contre cinq. Ce qui ne leur arrive que très rarement.

Le petit Victor Mete aussi en a vu de toutes les couleurs, constamment précipité dans ses décisions par l’échec avant soutenu des Blues. Julien n’a pas diminué son utilisation pour autant.

« Victor Mete continue à prendre de l’expérience. Il ne va que s’améliorer en jouant. C’était un bon test pour lui ce soir. Parfois, il avait les mains pleines, mais il ne s’améliorera pas si tu ne lui en donnes pas la chance », a justifié, avec raison, l’entraîneur-chef.

Mete a passé 17 min 4 s sur la glace, soit son plus haut total depuis l’affrontement contre les Kings au Centre Bell le 26 octobre.

Battu à son propre jeu

Les Blues ont épuisé le Canadien physiquement. Fatiguer l’adversaire, c’était un peu le plan de match du Canadien, qui comptait le faire grâce à sa rapidité. De l’avis même du capitaine, il n’a pas été en mesure de s’ajuster à temps.

« Notre but était de placer des rondelles profondément dans leur territoire, de faire pivoter leurs défenseurs et de leur rendre la vie difficile et d'ainsi générer de l’attaque. On a été un peu trop lents et un peu trop sur nos talons », a ajouté Pacioretty.

« On a joué contre une bonne équipe, ils sont gros, ils sont talentueux. C’est une équipe qui a traversé beaucoup de choses dans les dernières années, même en séries. On a fait face à une équipe avec beaucoup d’expérience », a résumé l’entraîneur.

En effet. Une équipe qui pointe au 3e rang de la LNH grâce à cette victoire qui a mis fin à leur première séquence de trois défaites cette saison. Le défi était de taille, le CH n’a pas été en mesure de le relever, mais il s’est prouvé que, même en n'étant pas au sommet de son art, il peut, à tout le moins, rivaliser avec ces formations.

En rafale

Shea Weber a inscrit un premier doublé cette saison. Le colosse a marqué ses deux buts grâce à de violents tirs frappés à la suite d’une mise en jeu gagnée par Andrew Shaw. Sur son premier filet, la rondelle a à peine quitté la glace et a effectué une courbe vers l’intérieur, un peu comme un coup gagnant au tennis frappé de l’extérieur du terrain, mais qui finit par tomber sur la ligne à la dernière seconde. « Ça bougeait pas mal, ce tir. J’aimerais dire que j’ai travaillé là-dessus, mais j’ai juste été chanceux », a lancé Weber, sourire en coin.

Andrew Shaw a récolté deux passes en plus de terminer la soirée avec un différentiel de +1. Le petit attaquant s’est partagé le travail au cercle des mises au jeu avec Phillip Danault et il a particulièrement bien rempli ce mandat. Shaw a remporté 75 % de celles-ci (6 en 8), dont deux qui ont mené à des buts.

Le jeune Samuel Blais, des Blues de St. Louis, a disputé le premier match de sa carrière au Centre Bell. Blais, 21 ans, a été plutôt discret dans la rencontre, mais il a quand même décoché un tir et distribué quatre mises en échec en 12:51 de jeu. En huit matchs dans la LNH, tous disputés récemment, Blais a obtenu un but et ajouté une passe.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine