Retour

Le présumé meurtrier de Daphné Huard-Boudreault reviendra en cour le 30 mai

Le présumé meurtrier de Daphné Huard-Boudreault, Anthony Pratte-Lops, était de retour devant le tribunal mercredi matin, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

Le dossier a été reporté au 30 mai, ce qui laissera le temps à la Couronne de remettre à la défense l'ensemble de la preuve qu'elle détient.

Menotté et entouré de deux agents des services correctionnels dans le box des accusés, avec un constable spécial tout près, Pratte-Lops a confirmé au juge qu’il avait une nouvelle avocate, Me Marie-Ève D'Anjou.

La défense veut tenir une enquête préliminaire au cours de laquelle elle examinera de plus près des éléments de la preuve. Me D'Anjou pense que le processus judiciaire ne devrait pas être très long.

« C'est un dossier, quand même, où les faits sont relativement simples, donc, clairement, un dossier qui pourra procéder relativement rapidement, mais c'est certain que les préoccupations de l'arrêt Jordan sont bien présentes dans tous les dossiers », a-t-elle déclaré.

L’avocate de la défense n’a pas voulu en dire beaucoup plus sur l’accusé de 22 ans, qui est incarcéré depuis le 22 mars dernier. « Pour l'instant, je ne veux pas faire de commentaire sur l'état d'esprit de monsieur. Clairement, je ne peux pas me prononcer sur cette question-là », a déclaré Me D’Anjou.

Tuée en retournant dans leur appartement

Daphné Huard-Boudreault, 18 ans, a été tuée en allant récupérer des effets personnels à l’appartement qu’elle partageait avec l’accusé sur la rue Forest, à Mont-Saint-Hilaire.

L’amoureux éconduit lui aurait tendu un guet-apens et l’aurait attendu tapi dans l’appartement.

Daphné Boudreault avait demandé la protection de la Régie intermunicipale de Richelieu Saint-Laurent, mais la policière qui devait l'escorter sur les lieux serait arrivée plusieurs minutes après elle.

Or, la jeune femme aurait décidé d’entrer dans l’appartement sans l'attendre.

Arrivée sur les lieux, la policière est tombée nez à nez avec l’accusé avant de découvrir le corps de Daphné Huard-Boudreault.

Le Bureau des enquêtes indépendantes se penche sur l'intervention des policiers dans cette affaire.

La jeune femme avait dit à Anthony Pratte-Lops qu’elle souhaitait prendre une pause de leur relation. Ce dernier n’aurait pas accepté la rupture, selon la théorie de la Couronne.

Avec des informations de Marc Verreault

Plus d'articles

Commentaires