Le ministère des Transports amorce l'étude d'un autre scénario que le prolongement de l'autoroute 19 en une autoroute à quatre voies, comme demandé par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) le printemps dernier. « Le MTQ avait pourtant rejeté ce scénario, on étudie ce que l'on a déjà étudié », se plaint Paul Larocque, maire de Bois-des-Filion.

Un texte de Francis Labbé

Lors du dépôt de son rapport, en mars dernier, le Bureau d'audiences publiques en environnement confirmait la nécessité de prolonger l'autoroute Papineau jusqu'à la 640, en reconnaissant la pertinence de compléter ce tronçon, amorcé en 1973.

Le ministère des Transports propose de relier les autoroutes 440, à Laval, et 640, à Bois-des-Filion, par un tronçon autoroutier de 8 kilomètres. Un projet dont les coûts sont évalués entre 600 et 700 millions de dollars, qui nécessiterait la construction d'un pont supplémentaire pour enjamber la rivière des Mille-Îles.

Le ministère des Transports soutient que l'autoroute à deux voies de chaque côté et une voie réservée au transport en commun réduirait la quantité de voitures qui passeraient de la couronne Nord à l'avenue Papineau, à Montréal. Plusieurs participants aux audiences du BAPE ont remis en question cette analyse.

Le BAPE demande au MTQ de réétudier le scénario du boulevard urbain, moins coûteux, en s'assurant de limiter l'impact visuel et sonore de ce prolongement et en prévoyant des mesures supplémentaires pour compenser les pertes de milieux humides.

Rejet du boulevard urbain

Selon le maire, le MTQ avait rejeté ce scénario pour des raisons de sécurité. Après vérification, il appert en effet qu'un document produit par les firmes Dessau et Tecsult, en 2009 pour le compte du ministère, exclut effectivement le scénario de boulevard urbain, à deux ou à trois voies.

« Le boulevard urbain ne règle pas le problème », ajoute le maire de Bois-des-Filion. « Un boulevard urbain comporte des intersections avec feux de circulation. Des feux de circulation, avec 4000 voitures par période de pointe, on sait ce que ça fait : des bouchons de circulation. »

« Nous sommes conscients que 600 ou 700 millions c'est beaucoup d'argent, mais si on investit 300 ou 400 millions et qu'on ne règle pas le problème, imaginez le gaspillage. »

« D'ailleurs, le premier ministre Jean Charest avait annoncé le projet à 350 millions en 2010 et maintenant, c'est rendu à 600 ou 700 millions. Soit le gouvernement donne un coût maximal pour être certain de ne pas le dépasser, soit il veut tuer le projet en disant qu'il est trop cher », estime Paul Larocque.

Boulevard urbain avec plans et échangeurs

Dans sa demande, le BAPE propose au MTQ de revoir le scénario de boulevard urbain à deux voies de chaque côté, « avec plans et échangeurs ». Il s'agit d'une solution intermédiaire entre le boulevard urbain et l'autoroute.

Les intersections les plus problématiques sont étagées, ce qui permet d'assurer une certaine fluidité du trafic sans imposer la facture globale d'une autoroute. Les consultants Tecsult et Dessau avaient analysé cette possibilité avant de la rejeter, en invoquant les normes du MTQ lui-même :

Le BAPE demande donc au MTQ de reconsidérer cette alternative dans son évaluation, qui devrait être achevée d'ici la fin de l'automne, selon un porte-parole du ministère.

« Ça nous retarde encore, dans un projet qui va forcément coûter encore plus cher », dénonce le maire de Bois-des-Filion. « qu'ils la fassent, leur étude, et qu'ils la terminent. Mais honnêtement, je ne vois pas comment ils pourraient en venir à une conclusion différente de celle de 2009 », conclut-il.

Plus d'articles

Commentaires