Un jeu truqué avec moins d'une trentaine de secondes à écouler à la finale du football universitaire québécois a permis au Rouge et Or de battre les Carabins 20 à 17 et de leur soutirer la Coupe Dunsmore devant 5100 spectateurs stupéfaits, au CEPSUM, à Montréal, samedi.

En retard par quatre points, l'équipe de Glen Constantin était au pied du mur en fin de match.

Mais à son troisième essai et à trois verges de la zone des buts, Laval a réussi un jeu inusité.

Le quart Hugo Richard a quitté sa pochette en direction de la zone des buts et a lui-même marqué le touché vainqueur sur une passe précise de son receveur Jonathan Breton-Robert qui s'était emparé du ballon derrière la ligne de mêlée après une remise de son coéquipier Sébastien Serré.

« C'est un jeu que l'on pratiquait tous les jeudis, a noté Constantin. Si tu ne t'en sers pas aujourd'hui, tu ne t'en serviras jamais. »

Richard a admis avoir laissé tomber le ballon à l'entraînement pour la première fois cette semaine. Il a toutefois réussi le jeu au bon moment.

« Ça ne m'a pas fait peur, mais les gars ont trouvé ça drôle », a raconté le quart de troisième année.

« Ça prend du courage pour appeler ce jeu-là. Je ne pensais pas que (le coordonnateur offensif) Justin Éthier allait le faire, a ajouté Richard. Quand il l'a fait, je me suis dit : "Parfait." C'était la bonne décision. Un jeu truqué, ça surprend. Et il a fonctionné. »

Juste avant, le même Breton-Robert avait réalisé un attrapé spectaculaire sur une passe de 47 verges de Richard afin de permettre au Rouge et Or de cogner à la porte des buts de la ligne de 10.

Et sur la même séquence décisive, Laval avait aussi survécu à un troisième essai et quatre verges à franchir au milieu du terrain. 

Le Rouge et Or détrône ainsi les Carabins qui avaient remporté les deux dernières finales.

Encore une fois, les deux meilleures équipes du football universitaire québécois, qui s'affrontaient pour une quatrième fois d'affilée lors du match ultime, auront donc offert aux amateurs un spectacle au dénouement imprévisible.

Les Carabins ont été privés de leur quart et joueur par excellence du circuit, Samuel Caron, à partir du début de la deuxième demie. Il est demeuré longtemps au sol après avoir été heurté par-derrière. Caron a cependant été en mesure de regarder la fin de la rencontre sur la ligne de touche. 

« Ça va me frapper plus tard dans la soirée. Là, je ne sais pas quoi vous dire », a déclaré Maciocia, l'entraîneur des Carabins, quelques minutes après le dernier jeu. C'est un autre match classique. Cette fois-ci, Laval a mérité la victoire. »

Sans surprise, Jonathan Breton-Robert a été choisi le joueur par excellence de la rencontre. Il a capté 10 passes pour 161 verges de gains, en plus de sa passe de touché.

Le botteur de précision du Rouge et Or, Dominic Lévesque, peut s'estimer heureux de jouer dans le camp des gagnants. Il a raté 5 placements en deuxième demie seulement.

Le Rouge et Or avait gagné la Coupe Dunsmore 11 fois de suite de 2003 à 2013. Il s'agit de son 13e titre de champion du Québec.

« La perception au Québec était peut-être qu'on s'était fait dépasser, mais quand on regarde ça, tous nos matchs sont très serrés, a rappelé Constantin au sujet de la rivalité entre les deux équipes. Ce n'est pas comme si une équipe était moins bonne que l'autre. C'est juste le moment présent, et c'était notre tour aujourd'hui. »

Laval affrontera les Golden Hawks de l'Université Laurier, champions de l'Ontario, samedi prochain, à Québec, en finale de la Coupe Uteck.

La Coupe Vanier, grande finale du football universitaire canadien, aura lieu à Hamilton le 26 novembre. 



Plus d'articles