Retour

Le rythme infernal de Pacioretty, le retour de Galchenyuk

Aussi irréel que ça puisse sembler aujourd'hui, il n'y a pas si longtemps une petite panique collective s'était emparée de Montréal, inquiète de la production de Max Pacioretty.

Un texte d'Alexandre Gascon

Après 19 matchs cette saison, le capitaine affichait quatre buts au compteur. Un rythme d’un marqueur de vingt buts. Michel Therrien avait alors suggéré à mots couverts à Pacioretty d’aller lui-même récupérer des rondelles dans les coins de patinoire et la toile s’était enflammée.

Le collègue Martin Leclerc avait même jugé bon de rappeler quelques faits, quelques statistiques des plus éloquentes pour calmer les esprits.

Le capitaine a maintenant touché la cible 20 fois à ses 32 dernières parties. Il pointe au deuxième rang des buteurs avec 24 réalisations, derrière les 28 de Sidney Crosby, et sur un pied d’égalité avec Alex Ovechkin, Cam Atkinson et Jeff Carter.

S’il a admis qu’une part de responsabilités revenait à ses compagnons de trio, Phillip Danault et Alex Radulov, l’entraîneur a surtout encensé le principal intéressé.

« Il ne s’est pas découragé et tout le mérite lui revient. Il a persévéré. On connaît tous son flair autour du filet. On est vraiment très heureux de ses performances », a expliqué Therrien.

Une formation presque complète

L’infirmerie s’est vidée tranquillement cette semaine et maintenant qu’Alex Galchenyuk est prêt à effectuer un retour contre les Flyers jeudi, Therrien se retrouve avec 13 attaquants sur les bras.

Cette saison, le Tricolore a su traverser une période trouble sans trop en subir les contrecoups.

« On vient de connaître deux mois difficiles en raison des problèmes de santé. Comparativement à l’an dernier, on a gardé notre niveau », s’est réjoui l’entraîneur.

« On a appris », a-t-il ajouté.

À l’entraînement matinal, Galchenyuk patrouillait le centre d’un trio flanqué de David Desharnais et d’Andrew Shaw.

« On cherche de l’équilibre, a expliqué Therrien. Le meilleur exemple ce sont les champions de la Coupe Stanley (NDLR : les Penguins). Phil Kessel joue sur la troisième ligne et honnêtement, c’est difficile de les affronter. C’est ce qu’on veut. »

Desharnais, un centre naturel, se retrouve donc à l’aile gauche.

« David peut s’ajuster, a expliqué Therrien. C’est plus facile pour un centre d’aller à l’aile que l’inverse. Il a connu un excellent match hier (mardi) à son retour. Il a marqué un but important. »

Si l’on se fie à ce qu’on a vu mercredi matin, Jacob De La Rose pourrait jouer sur la quatrième ligne avec Torrey Mitchell et Brian Flynn.

Sven Andrighetto serait alors l’homme en trop.

Seul Brendan Gallagher ronge toujours son frein, en convalescence d’une opération à la main gauche. Le fougueux attaquant a patiné en solitaire mercredi matin.

Barberio au ballottage, Carr à Saint-Jean

Avec le retour dans la formation de Jeff Petry, absent contre les Sabres en raison d’un virus, Mark Barberio a été soumis au ballotage par le Canadien mercredi midi. Il retournera avec les IceCaps de Saint-Jean Terre-Neuve s’il n’est pas réclamé.

Daniel Carr a également été cédé dans la Ligue américaine. Zach Redmond avait aussi pris le chemin de la province de l’Atlantique lundi.

Trios à l’entraînement :

  • Pacioretty-Danault-Radulov
  • Galchenyuk-Desharnais-Shaw
  • Byron-Plekanec-Lehkonen
  • De La Rose-Mitchell-Flynn
  • Andrighetto

Plus d'articles