Retour

Le second procès de Guy Turcotte va de l'avant

Le second procès de Guy Turcotte, accusé d'avoir tué ses deux enfants en février 2009, a officiellement débuté mercredi au palais de justice de Saint-Jérôme alors que les deux premiers témoins se sont présentés à la barre.

Daniel Fortin, technicien en scène de crime de la Sûreté du Québec, a expliqué son travail et déposé des photos prises dans la maison où s'est déroulé le crime, à Piedmont, dans les Laurentides.

Juste avant ce témoignage, le juge André Vincent, de la Cour supérieure, s'est adressé aux jurés. Il leur a notamment expliqué qu'ils devaient se forger une opinion une fois qu'ils ont entendu l'ensemble de la preuve, ajoutant : « Ce que vous entendez à l'extérieur de la salle de cour ne fait pas partie de la preuve ».

Par ailleurs, dans sa déclaration d'ouverture, une des avocates de la Couronne, Maria Albanese, a prévenu les jurés et le public que « certains témoignages seront émouvants ».

La poursuite prévoit faire entendre 30 témoins lors ce procès qui devrait durer 3 mois. Parmi les témoins : la mère des enfants de Guy Turcotte, Isabelle Gaston, de même que des policiers et du personnel hospitalier.

La Couronne a prévu faire entendre Mme Gaston parmi les premiers témoins, afin de lui laisser le choix d'assister au procès ou de se retirer.

Le jury - sept hommes et cinq femmes - a été constitué en à peine quelques heures hier.

Lors du premier procès tenu en 2011, un jury avait déclaré l'ex-cardiologue non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux.

La Cour d'appel du Québec a cependant annulé ce verdict en novembre 2013 et a ordonné la tenue d'un nouveau procès. Elle avait conclu que le juge avait commis des erreurs dans ses directives au jury.

Plus d'articles

Commentaires