Retour

Le singulier trajet d’Oumar Touré jusqu’aux Alouettes

Oumar Touré est né à Montréal de parents maliens. Émigré au Sénégal à l'âge de 3 ans, de retour au Québec à 9 ans quand ses parents se sont installés en Outaouais, il s'est retrouvé en Estrie pour jouer au football universitaire avant de revenir dans la métropole, où il espère amorcer sa carrière professionnelle au cours des prochaines semaines.

Un texte de Jean St-Onge

Le moins que l’on peut dire, c’est qu’Oumar Touré n’a pas pris l’autoroute vers la Ligue canadienne.

Il n’est venu au football canadien que sur le tard, à la toute fin de son école secondaire.

Touré préférait l’autre football, celui qui se joue avec les pieds. Mais, comme ce sport demandait qu’il s'éloigne rapidement du nid familial pour s'inscrire dans des camps prolongés et pour jouer des matchs aux quatre coins du Québec, ses parents ont dit non.

Il s’est alors tourné vers le football canadien comme son frère et, moins de 10 ans plus tard, le voici qui cogne à la porte des Alouettes après des passages avec les Griffons de l’Outaouais et le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke.

Seul Québécois sélectionné par les Moineaux lors du dernier repêchage, il arrive à un moment où une période propice se dessine à la position de centre-arrière.

Les Alouettes ont deux vétérans à cette position : Jean-Christophe Beaulieu, un ancien Vert & Or comme Touré, et Jean-Samuel Blanc, un ailier défensif des Carabins de l'Université de Montréal, converti en centre-arrière occasionnel.

De bons mots d'André Bolduc

L’entraîneur des porteurs de ballon André Bolduc estime que Touré pourrait se faire une place rapidement.

« Oumar a vraiment le profil qu’on cherchait : 6 pi 4 po (1,93 m) et 240 lb (108,9 kg). Il bouge bien, il a quand même de bonnes mains. C’est un gars qui est athlétique pour son gabarit. »

Parmi les joueurs qui bataillent pour la position de centre-arrière, on retrouve trois joueurs du Vert & Or. Outre le partant Beaulieu et l’aspirant Touré, il y a aussi l’invité Isaac Lauzon.

L’Université de Sherbrooke a longtemps eu une attaque axée sur la passe. Elle a développé plusieurs bons receveurs comme Samuel Giguère et Simon Charbonneau-Campeau.

Mais pour établir un bon jeu aérien, il faut une bonne protection et c’est là qu’arrivent des joueurs comme Beaulieu, Touré, Lauzon ou encore Anthony Gosselin, choix de 2e tour du Rouge et Noir d’Ottawa, qui tentera de se faire une place chez les champions de la Coupe Grey.

Si ces joueurs peuvent capter des passes à l’occasion, ils doivent d’abord faire leurs classes dans les unités spéciales et s’assurer de protéger leur quart quand ils sautent sur le terrain en attaque.

C’est ce qu’Oumar Touré a l’intention de faire dès jeudi lorsque les Alouettes seront à Toronto.

Plus d'articles

Commentaires