Retour

Le site archéologique du Village des tanneries sera détruit

La décision du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal de détruire le site archéologique du village des tanneries suscite l'indignation des défenseurs du patrimoine. Les vestiges, dont les plus anciens datent de l'époque de la traite de la fourrure en Nouvelle-France, seront complètement rasés et excavés pour faire passer un collecteur d'eau.

La décision a été annoncée dimanche en présence du maire de Montréal Denis Coderre, de la ministre de la Culture Hélène David et du ministre des Transports, Robert Poëti. « Le devoir de mémoire, à mon avis, il est accompli, juge ce dernier. Et nous allons continuer de l'accomplir. Mais il faut aussi travailler avec la société présente et c'est ce qu'on fait. »

Le président de la société historique de Saint-Henri, Guy Giasson, soutient pour sa part que le collecteur d'eau qui pose problème pourrait facilement être construit à côté du site historique. « Pourquoi cette obstination-là d'absolument le faire passer là où il y a les vestiges qui remontent à 1750? », se demande-t-il.

Le maire de l'arrondissement Le Sud-Ouest, Benoit Dorais, partage son constat. « On a les cartes à l'arrondissement et à la Ville de Montréal, et lorsqu'on superpose les cartes avec les vestiges, on voit qu'à certains endroits, ça devrait être du gazon et des plaines de verdure. On se dit qu'on serait capable à ces endroits-là de pouvoir préserver des vestiges », estime-t-il.

Pour atténuer la grogne, Québec entend investir 200 000 $ pour mettre en valeur les 150 caisses d'artéfacts recueillies sur le site depuis le début de ces fouilles archéologiques d'une ampleur sans précédent, aux dires même de la ministre David.

D'après un reportage de René Saint-Louis

Plus d'articles

Commentaires