Retour

Le Syndicat des cols bleus de Montréal devra payer 103 000 $ d'amende pour une grève illégale

Après avoir été déclarés coupables d'outrage au tribunal en octobre dernier, le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal et quatre de ses dirigeants devront payer une amende de 103 000 $.

La décision du juge Michel Déziel de la Cour supérieure, rendue mardi, fait ainsi suite aux conclusions qu'il avait tirées à la fin 2016 concernant la grève illégale organisée par le Syndicat le 8 décembre 2015.

À l’occasion d’une assemblée générale spéciale, une centaine de cols bleus avaient occupé l’entrée du Palais des congrès de Montréal. Or, la veille, le juge de la Commission des relations de travail, Pierre Cloutier, leur avait intimé l’ordre d'être en poste.

Le Syndicat des cols bleus a depuis été accusé d’avoir « transgressé volontairement et en toute connaissance de cause » cette ordonnance qui contraignait ses membres à travailler.

L’amende de 103 000 $ a été convenue entre les avocats des différentes parties.

La présidente, Chantale Racette, et le Syndicat devront tous deux verser 50 000 $, en raison du « rôle actif » qu’ils ont joué « lors de l’arrêt de travail du 8 décembre 2015 », stipule le jugement.

Le vice-président, Michel Martin, le secrétaire-trésorier, Jacques Rochon, et le secrétaire archiviste, Michel Jeannotte, devront chacun payer une amende de 1000 $.

En vertu du jugement, l’Accueil Bonneau recevra 50 000 $ de l’amende, tandis que le reste sera versé au Fonds consolidé du revenu du Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine