Retour

Le syndicat des policiers dénonce les « Boni$ Deni$ »

La Fraternité des policiers et policières de Montréal lance une campagne de publicité satirique pour dénoncer les quotas de contraventions imposés à ses membres. Sous forme de campagne de sécurité routière, le syndicat des policiers a déployé des affiches publicitaires mettant en garde les automobilistes contre les « Boni$ Deni$ ».

« La population doit être prudente au volant et dans les rues, respecter les règles et savoir que le maire de Montréal met de la pression sur nos membres avec ses quotas et ses Boni$ Deni$ », a affirmé le président de la Fraternité des policiers, Yves Francoeur.

Les quatre panneaux publicitaires affichent les messages : « Soyez prudents! Vous êtes sur le territoire des Boni$ Deni$ » ou encore « Soyez prudents! Vous entrez sur le territoire des Boni$ Deni$ », selon la situation géographique des panneaux.

Le syndicat des policiers dénonce également les primes promises aux cadres du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour l'atteinte des quotas de contraventions des agents sous leurs ordres.

L'article 9 du Code de déontologie des policiers du Québec stipule que « le policier doit exercer ses fonctions avec désintéressement et impartialité et éviter de se placer dans une situation où il serait en conflit d'intérêts de nature à compromettre son impartialité ou à affecter défavorablement son jugement et sa loyauté ».

Une affaire de sécurité et de négociations

« Faites attention de ne pas regarder ça trop longtemps en conduisant, ça peut être dangereux », a ironisé le maire de Montréal, Denis Coderre, lorsqu'il a été interrogé sur la campagne publicitaire de la Fraternité des policiers.

« Il y en a qui disent qu'on souhaite "qu'on soit Fran-coeur à l'ouvrage" », a ajouté M. Coderre, faisant ainsi un jeu de mots avec le nom de famille du président du syndicat. « On peut en sortir des mots, c'est pas grave. Ce qui est important pour moi, c'est la sécurité des gens. Qu'on respecte le serment d'office », a-t-il insisté.

« La question des billets de contravention, ce n'est pas une question de revenus, poursuit M. Coderre. C'est une question que lorsqu'il y a une présence policière, ça a un impact au niveau sécuritaire. Et, ce qu'on demande au commandement, on l'a dit à plusieurs reprises, c'est de s'assurer qu'on puisse jouer pleinement notre rôle sur le terrain. »

M. Coderre souligne que le nombre de contraventions décernées a chuté de façon importante l'an dernier. « Nous on voit que c'est une réalité syndicale-patronale », commente-t-il.

Le maire souligne également que la Ville et la Fraternité des policiers sont en négociations pour le renouvellement de la convention collective des policiers du SPVM. « M. Francoeur, depuis quelque temps, manque d'attention, il fait ses sorties », a raillé M. Coderre rappelant que la convention n'est échue que depuis le 31 décembre dernier.

« On parle d'aller en arbitrage du côté des policiers. Ce n'est pas la première fois qu'on va en arbitrage dans ce dossier-là », a indiqué M. Coderre. Il rappelle que les revendications des policiers portent sur leur régime de retraite.

Le maire de Montréal a rappelé que son administration avait obtenu une entente avec les cols blancs et qu'il espérait poursuivre la négociation avec les policiers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine