Retour

Le syndicat des pompiers de Montréal présente des excuses pour la manifestation d'août 2014

Dans la foulée de l'adoption de l'entente avec la Ville par le comité exécutif, l'Association des pompiers de Montréal a présenté mercredi des excuses officielles pour les actes de vandalisme commis lors d'une manifestation à l'hôtel de ville, le 18 août 2014.

« Certaines des actions posées lors de cette manifestation l’ont été par des membres de l’Association des pompiers de Montréal et ont eu pour effet de choquer le public ainsi que les membres du Conseil municipal de Montréal, en plus d’intimider certains de ceux-ci », écrit le syndicat dans un communiqué.

L'Association, qui représente 2400 travailleurs, ajoute avoir « tiré les leçons qui s'imposent » et « réaffirme son soutien aux valeurs démocratiques et à la règle de droit qui régissent notre société ».

Le syndicat précise toutefois qu'il continue « de considérer la loi 15 [sur les régimes de retraite municipaux] comme une atteinte inacceptable aux droits de ses membres ». La contestation de la constitutionnalité de la loi est d'ailleurs maintenue devant les tribunaux.

Vendredi dernier, les pompiers ont voté à 94 % en faveur de l'entente de principe sur la restructuration de leur régime de retraite et sur les différends en matière de relations de travail, annoncée le 17 mai, soit le jour du 375e anniversaire de Montréal.

L’entente prévoit la fin des moyens de pression liés à l’adoption de la loi sur les retraites, ainsi que le règlement des litiges, dont celui concernant des actes de vandalisme commis lors de cette manifestation à l’hôtel de ville survenue en août 2014.

Six pompiers congédiés dans la foulée de ces événements voient leur sanction remplacée par une suspension disciplinaire sans salaire, qui sera officiellement purgée en date du 5 juillet prochain.

La convention collective des pompiers arrivera à échéance en 2018.

Adoptée en décembre 2014, la loi 15 impose la répartition à parts égales des coûts des régimes de retraite municipaux. Elle a été contestée par plusieurs syndicats.

Plus d'articles

Commentaires