Les pompiers québécois combattent en moyenne plus de 15 000 incendies annuellement, mais c'est en hiver que les bâtiments sont le plus souvent la proie des flammes. État des lieux en cinq graphiques.

Selon le ministère de la Sécurité publique du Québec, il y a eu 15 952 incendies dans la province en 2014. Environ 8 % de ces incendies ont eu lieu à Montréal (336 incendies majeurs et 949 incendies mineurs en 2014 à Montréal).

Plus d'incendies en hiver

En janvier, on compte une quinzaine d’incendies résidentiels par jour au Québec. En décembre, janvier, février 2014, on a dénombré plus de 1600 incendies, soit près de 30 % de tous les incendies recensés en 2014.

Les incendies durant ce mois sont ceux où les pertes matérielles sont les plus élevées.

Les données du MSPQ confirment que près de 30 % des incendies de bâtiments surviennent entre 15 h et 20 h et que 24 % surviennent entre 10 h et 15 h. Par contre, les incendies ne semblent pas survenir un jour de la semaine plus qu'un autre.

Depuis les cinq dernières années, les données montrent que les feux de cuisson sont la source la plus importante des incendies dans les bâtiments résidentiels. Dans près de 30 % des cas, les incendies ont débuté dans la cuisine.

L’erreur humaine est la cause d'un quart des incendies à travers la province, suivis de près par les défaillances électriques ou mécaniques. La négligence a également provoqué un nombre important d’incendies au Québec.

En hiver, les appareils de chauffage d'appoint, les circuits électriques surchargés et les décorations de Noël sont à l'origine de nombreux incendies.

En moyenne, 50 personnes perdent la vie dans un incendie annuellement. Par ailleurs, en 2014, 368 personnes ont été blessées dans un incendie, soit une centaine de plus qu’en 2013.

Les dommages des incendies ont causé plus de 245 millions de dollars de pertes en bâtiment en 2014. Près de 75 % des bâtiments endommagés lors d’incendies sont résidentiels.

Encore beaucoup de prévention à faire

Depuis 2010, le nombre d’incendies a diminué de 27 %, passant d'environ 22 000 incendies à moins de 16 000. Quelque 113 municipalités du Québec ont confirmé n'avoir aucun incendie à déclarer.

Le ministère de la Sécurité publique du Québec explique cette baisse, notamment en raison des activités de prévention et la révision des schémas de couverture de risque des municipalités.

Mais la prévention demeure toujours un élément important, puisqu'en 2014, dans 35 % des incendies de bâtiments à usage résidentiel, les avertisseurs de fumée étaient absents ou non fonctionnels.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?