Retour

Le terrain de balle-molle du parc Jeanne-Mance ne sera pas reconstruit

L'arrondissement du Plateau-Mont-Royal ne compte pas reconstruire un terrain de balle-molle à l'angle des avenues du Mont-Royal et du Parc. Un groupe de joueurs a assisté lundi soir au conseil d'arrondissement pour protester contre le démantèlement de ce terrain où ils se réunissent informellement depuis des décennies.

Le « terrain nord », comme l’appellent les joueurs, a été fermé l’été dernier en raison de travaux de rénovation des terrains de tennis voisins.

Le groupe informel qui s’y réunissait « regroupe plus de 250 personnes, âgées de 17 à 70 ans, et issues de milieux différents », lit-on sur une pétition lancée l’an dernier pour préserver le terrain situé dans le parc Jeanne-Mance.

Le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, aurait promis cet hiver que le terrain serait rouvert le 28 mai. Mais le 24 mai, des représentants de la Ville ont appris aux joueurs qu'il serait finalement détruit pour des raisons de sécurité.

L'arrondissement ne compte pas revenir sur cette décision.

Des risques de blessures

Selon un rapport balistique commandé par la Ville, les utilisateurs du parc, de même que les piétons et automobilistes qui circulent sur l’avenue du Mont-Royal, risquent d’être frappés et blessés par des balles perdues, si le terrain de balle-molle reste là où il est.

La Ville a déjà dû indemniser quelqu’un qui a été blessé par une balle perdue. Si cela se reproduisait, les conséquences pourraient être importantes, indique le maire Ferrandez.

« Si une personne blessée fait une réclamation à la Ville, la première fois, le juge est tolérant. [...] Si c'est une deuxième personne qui est blessée, le juge dit : "Vous le saviez, vous avez produit une carte balistique". Il peut très bien décréter le gel de tous les terrains de baseball non réglementaires à Montréal », a-t-il expliqué lundi soir.

Les joueurs ont été invités à utiliser un autre terrain situé au sud du parc. Mais cette solution ne leur convient pas.

« On aime bien le terrain sud, mais il est déjà utilisé à capacité maximum par la ligue qui fait partie du parc aussi », a affirmé la joueuse Marisa Berry Méndez.

De plus, pour ses utilisateurs, le terrain nord a une valeur unique.

« Le maire d’arrondissement Luc Ferrandez a beau élargir les trottoirs, améliorer les pistes cyclables et planter de beaux arbustes indigènes à tous les coins de rue, son gouvernement ne peut pas rapprocher les gens comme l’histoire a pu le faire », écrit l’étudiante en sociologie Kathryn Jezer-Morton, dans une lettre publiée lundi dans le journal The Gazette.

Selon les utilisateurs du terrain nord, les parties de balle-molle informelles au parc Jeanne-Mance contribuent également à l’intégration de nombreux immigrants qui s’y familiarisent avec la vie montréalaise.

Ils comptent maintenir leur mobilisation pour que leur terrain soit reconstruit.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine