Retour

Le terrain du Faubourg Contrecœur a été vendu à sa juste valeur marchande, soutient Frank Zampino

À son deuxième jour de témoignage dans le cadre de son procès pour fraude, corruption et abus de confiance, Frank Zampino, ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, a affirmé mercredi n'avoir rien à se reprocher dans le processus de vente du terrain au cœur du scandale du Faubourg Contrecœur.

Selon l’ex-bras droit de l’ancien maire Gérald Tremblay, l’administration avait assumé les coûts de la décontamination du terrain. Cette décision aurait entraîné la baisse de la valeur du site, initialement évaluée à près de 20 millions de dollars.

Le terrain a finalement été vendu pour 4 millions de dollars à Construction Frank Catania.

La poursuite affirme plutôt que la facture aurait été frauduleusement réduite et que l’appel d’offres aurait aussi été truqué.

Frank Zampino a plusieurs fois répété que le projet de développement immobilier dans l’est de la ville était très important pour l’administration, puisqu’il compterait 60 % de logements abordables.

Mardi, lors de sa première journée de témoignage, il a nié toute implication dans le processus d’appel d’offres pour le terrain, indiquant n’avoir « jamais posé de gestes pour favoriser Construction Frank Catania et [n’avoir] jamais donné d'ordres à cet effet ».

Outre Frank Zampino, l'homme d'affaires Paolo Catania et quatre autres employés qui travaillaient pour son entreprise de construction au moment des faits allégués, soit Martin D'Aoust, André Fortin, Patrice Pascale et Pasquale Fedele, figurent aussi au banc des accusés, de même que l'entreprise Construction Frank Catania.

Le procès a commencé en février 2016 et la poursuite a fini de faire entendre sa preuve au début de l'été.

Avec les informations de Geneviève Garon

Plus d'articles

Commentaires