Retour

Le terrain du Stade olympique était « dangereux », selon le TFC

Les joueurs du Toronto FC étaient heureux d'être de retour chez eux après l'avoir échappé belle dans le premier match de la finale de l'Association de l'Est contre l'Impact de Montréal.

« Nous sommes chanceux, mais aussi nous sommes aussi heureux de ne pas avoir lâché le morceau, a dit l’entraîneur-chef Greg Vanney.

« Nous savions que de marquer un but à la fois nous ramènerait dans le match.

« On l’a échappé belle, parce que nous étions décidément acculés au mur, en retard 0-3. »

« Le pire terrain que j’ai vu »

Vanney n’a pas mâché ses mots quant à la qualité de la surface au Stade olympique. « Le pire terrain que j’ai vu, de loin, cette année. »

C’est sans parler du long retard à cause des lignes mal tracées.

Il a aussi dit que plusieurs de ses joueurs étaient frustrés par les conditions de jeu. « Sebastian (Giovinco) en particulier. Il trouvait la surface dangereuse. »

L’entraîneur des Reds a remis en question la décision de jouer ce match important au Stade olympique « pour la seule raison d’avoir un peu plus de monde dans les gradins. »

« On ne devrait pas changer de site à deux semaines du match, a poursuivi Vanney. Ça ne devrait pas arriver. On ne devrait pas avoir ce genre d’histoire dans notre ligue. Mais c’est maintenant derrière nous. »

« C’était un peu désastreux », a imagé l’attaquant Jozy Altidore.

Même un ancien de l’Impact, Jack McInerney, a fait part de son mécontentement pendant que les préposés du terrain redessinaient la surface de réparation.

Johnson ou Cooper?

Vanney devra maintenant se concentrer sur des ajustements à faire d’ici le deuxième match de la série. « On n’a pas joué beaucoup de matchs aussi mal que celui-là, à mon avis. »

Il faudra surveiller l’utilisation du milieu de terrain Will Johnson et de l’attaquant Tosaint Ricketts. Ils sont entrés dans le match à la 57e minute mercredi. L’expérience et l’énergie de Johnson pourraient être préférées au flair offensif d’Armando Cooper dans ce match important.

L’Impact peut gagner la série avec une victoire ou un match nul. Toronto doit l’emporter, mais un score de 1-0 ou 2-1 leur suffirait.

« Tout sera en jeu dans les 90 minutes du match, a souligné Altidore.

« Si on s’occupe de nos affaires, on sera en finale. »

Plus d'articles