Retour

Le Tricolore brille en infériorité numérique

N'eût été un but de dernière seconde en troisième période, mardi soir, les hommes de Michel Therrien auraient disputé une cinquième rencontre d'affilée sans flancher à court d'un homme.

Dans la victoire de 5-1 sur les Flames de Calgary au Centre Bell, le Canadien a résisté aux quatre premières situations à court d'un homme, dont trois en deuxième période. Il a cédé lors de la dernière pour mettre fin à une séquence de 17 désavantages numériques consécutifs sans permettre à l'adversaire de marquer, soit depuis la première période du match du 14 janvier contre les Rangers de New York.

Le CH s'est même permis de marquer un but en désavantage numérique, celui de Tomas Plekanec tôt en deuxième période, ce qui permettait à la formation montréalaise de se donner une avance de deux buts.

Sur le jeu, Plekanec a profité d'une passe molle de Johnny Gaudreau pour s'échapper à deux contre un avec Paul Byron.

« J'ai vu le défenseur se laisser glisser, et je ne pouvais plus vraiment faire une passe. J'ai dirigé un tir et la rondelle est passée entre les jambes du gardien (Chad Johnson) », a dit Plekanec.

Ce filet de Plekanec était le quatrième du Tricolore à court d'un homme cette saison, et le deuxième du Tchèque dans de telles circonstances.

Il s'agissait aussi de son 20e à vie en désavantage numérique, ce qui le place au 2e rang de l'équipe à égalité avec Bob Gainey, et du 223e de sa carrière, le même total que Peter Mahovlich au 18e échelon dans l'histoire du CH.

Informé du fait qu'il avait rejoint une légende du Canadien en Bob Gainey, Plekanec s'est montré modeste.

« Au fil des ans, j'ai passé beaucoup de temps en désavantage, et j'ai joué avec de bonnes équipes. Dans ces circonstances, les occasions pour marquer des buts deviennent plus nombreuses. Je suis surtout content d'avoir aidé l'équipe à gagner le match », a souligné le vétéran joueur de la République tchèque.

Plekanec s'est aussi retrouvé au coeur de ce qui, selon Michel Therrien, s'est voulu le fait saillant de la rencontre. En milieu de deuxième, alors que Jeff Petry se trouvait déjà au cachot, Jacob De La Rose est venu l'y rejoindre. Cela plaçait les Flames avec l'avantage de deux hommes pendant 47 secondes.

Comme si ça n'allait pas déjà mal, Shea Weber, qui écoulait le temps avec Plekanec et Alexei Emelin, a brisé son bâton. Plekanec lui a prêté le sien pendant une vingtaine de secondes, le temps que le Tricolore parvienne à dégager son territoire.

« Nous avons été un peu chanceux. Ils ont perdu la rondelle et mal réagi. J'ai eu une chance de quitter la glace et nous avons écoulé les deux punitions. On va le prendre », a souligné Plekanec.

Après un début de saison laborieux, Plekanec connaît de bien meilleurs moments et le trio qu'il complète avec Paul Byron et Artturi Lehkonen est, match après match, l'un des meilleurs depuis quelques rencontres.

« C'est un trio qui se complète bien, a soutenu Michel Therrien. Ils sont très responsables sur la patinoire, avec la rondelle aussi. "Pauly" amène beaucoup de vitesse et Lehkonen, pour un jeune de 21 ans, fait beaucoup de bonnes choses offensivement et défensivement. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine