La menace de fermeture qui planait sur le YMCA Guy-Favreau est maintenant écartée. Une entente de principe est intervenue avec le propriétaire de l'édifice, qui a accepté de prolonger de 10 ans le bail du centre communautaire sportif, situé en plein coeur du centre-ville de Montréal.

Les YMCA du Québec en ont fait l'annonce par voie de communiqué jeudi, indiquant s'être entendus sur un nouveau bail avec le ministère des Services publics et Approvisionnement Canada, qui possède l'immeuble.

Les membres, les participants et l’équipe du YMCA Guy-Favreau étaient « fortement mobilisés depuis la menace de fermeture qui planait sur le centre depuis le 28 février 2017 », rappelle-t-on. Ils se montrent maintenant « émus et soulagés », peut-on lire dans le communiqué.

« Ça a été toute une bataille », laisse tomber Phillips Chu, qui a rencontré sa conjointe au centre sportif et qui s'est battu pour le garder ouvert, allant même jusqu'à lancer une pétition. Quelque 3000 signatures ont ainsi été recueillies.

Le YMCA Guy-Favreau est situé au coeur du Complexe Guy-Favreau, coin René-Lévesque et Saint-Urbain. Particulièrement populaire auprès des résidents du quartier chinois de Montréal, il compte une cinquantaine d'employés, 2200 membres abonnés et reçoit 5500 visiteurs chaque année.

L'annonce de sa fermeture, en mars 2017, avait créé une onde de choc dans la communauté, si bien que le gouvernement avait accordé un sursis d'un an aux YMCA afin qu'une solution à long terme puisse être trouvée.

L'organisme de bienfaisance s'engage maintenant à « investir dans d’importantes rénovations ».

« C’est certain que le centre a besoin d’amour, mais nous sommes une organisation responsable et nous ne pouvions pas faire toutes les rénovations souhaitées sans être certains de demeurer locataire. Avec le renouvellement du bail, nous amorçons aujourd’hui le chantier qui nous conduira vers la renaissance du YMCA Guy-Favreau », écrit Stéphane Vaillancourt, président-directeur général des YMCA du Québec.

Des travaux majeurs, à l'issue desquels les vestiaires, les douches et l'entrée principale seront rénovés, sont déjà prévus pour le début de 2019.

Une institution importante pour la communauté chinoise

Le YMCA Guy-Favreau faisait partie des engagements que le gouvernement fédéral avait pris envers les résidents du quartier chinois, qui avaient consenti à plusieurs expropriations pour permettre la construction du complexe gouvernemental, il y a 30 ans.

C'est d'ailleurs pour cette raison que le YMCA a pu bénéficier d'un bail symbolique de 1 $ de 1986 à 2006.

La fin de ce privilège – et l'imposition d'un loyer annuel de 250 000 $ – a toutefois entraîné d'importants problèmes financiers pour le centre sportif. Le bail symbolique de 1 $ a donc été réinstauré l'an dernier, au grand bonheur des membres et des bénévoles.

« Pour nous, c'est vraiment important, explique Philipps Chu. C'est vraiment enraciné dans notre passé. »

Les détails de la nouvelle entente n'ont pas été révélés.

Plus d'articles