Billet - La date limite des échanges est passée dans la Ligue canadienne de football, sans qu'un vétéran change d'équipe. Zach Collaros reste à Hamilton et John Bowman demeure un Montréalais.

Un texte de Jean St-Onge

Outre l'élimination des Alouettes, rien n'est joué au classement de la LCF et aucune équipe ne pouvait laisser aller des joueurs partants contre des considérations futures.

À Montréal, ça veut donc dire qu'on va terminer la saison avec le personnel en place sans engranger de choix au repêchage. Maintenant, il faut rebâtir. Mais par où commencer?

Lors d’une récente conversation, j’ai demandé à Danny Maciocia quelle était la recette pour construire une bonne équipe dans la Ligue canadienne.

Sa réponse : le talent canadien, de bons quarts et de bons évaluateurs de talent pour fouiller l’immense bassin de joueurs américains.

Les 12 travaux de Kavis

D’abord : Kavis Reed. Est-il l’homme de la situation?

Maintenant qu’il a renvoyé Jacques Chapdelaine et Noel Thorpe, il peut bâtir SON équipe d’entraîneurs. Si les Wettenhall ont vraiment confiance en lui, ils doivent lui donner la chance de choisir son entraîneur-chef, qui lui, choisira ses adjoints.

Ainsi, il aura une équipe qui travaillera en harmonie, plutôt qu’un groupe d’individus à la recherche d’une promotion.

Une fois qu’il aura trouvé ses entraîneurs, Reed doit rajeunir la plus vieille équipe de la LCF, améliorer le talent canadien et trouver le quart de l’avenir.

Rien que ça.

Les performances de Darian Durant et d'Ernest Jackson, ses deux plus importantes acquisitions, ne sont pas nécessairement rassurantes.

L'attaque et le talent canadien

Dans la LCF, on doit avoir 21 joueurs canadiens en uniforme dans chaque match, dont 7 sont sur le terrain en tout temps (attaque ou défense).

Quand les Alouettes avaient cinq joueurs de ligne offensive canadiens, ils n’avaient besoin de remplir que deux autres postes avec des Canadiens. Un receveur de passes et un maraudeur et tout était réglé.

Mais ce n’est plus le cas. Les Moineaux ont amené deux Américains comme bloqueurs, ce qui les force à trouver quatre Canadiens comme partants.

Ils n’avaient pas assez de talent canadien pour se permettre cette décision et c’est devenu encore plus évident quand les blessures sont survenues.

Lors de la défaite crève-cœur à Winnipeg (celle où ils ont accordé deux touchés dans les 98 dernières secondes du match…), ils ont perdu les services de deux Canadiens : le maraudeur Chris Ackie et le joueur de ligne offensive Phillip Blake. La semaine suivante, le remplaçant de Blake, Philippe Gagnon, s’est blessé lui aussi.

À partir de ce moment, les entraîneurs ont dû faire toutes sortes d’acrobaties avec la formation pour être certains de respecter le ratio.

Au poste de receveur de passes, Samuel Giguère (32 ans) n’a joué qu'à la neuvième semaine après une blessure persistante à la cuisse. Résultat, les receveurs canadiens des Alouettes ont capté un ridicule total de 35 passes depuis le début de la saison.

Le receveur canadien du Rouge et Noir Brad Sinopoli a attrapé 91 ballons à lui seul.

Et, puisqu’on parle des receveurs, on ne peut pas dire qu’Ernest Jackson s’est avéré un successeur digne de S.J. Green.

S'il y a eu un aspect positif à l'attaque des Alouettes, c'est la performance et l'effort des porteurs de ballon. Tyrell Sutton et Bandon Rutley sont assez bons et assez jeunes pour que Kavis Reed puisse se concentrer sur ses nombreuses autres tâches.

L’héritier de Calvillo

Depuis la retraite d’Anthony Calvillo, 10 joueurs ont amorcé des matchs au poste de quart. Et on cherche encore.

En allant chercher Darian Durant, Kavis Reed mettait la main sur un quart qui avait une fiche semblable à celle de Kevin Glenn, mais qui était trois ans plus jeune. En théorie, il devait être un pont en attendant le prochain joueur de concession.

L’expérience a plutôt mal tourné. Durant a peut-être connu la pire saison de sa carrière et on le laisse soigner une blessure à la cuisse sur les lignes de côté depuis deux semaines.

En plus, les Alouettes ont échangé Vernon Adams qui n’avait pas si mal paru dans les trois matchs qu’il a gagnés l’an dernier. En passant, Adams avait coûté un premier choix au repêchage ou, si vous préférez, un bon joueur canadien.

Une vieille défense

En défense, seulement trois joueurs ont été partants pour chaque match : John Bowman (35 ans), Chip Cox (34 ans) et Kyries Hebert (37 ans)…

Les Alouettes ont imposé deux joueurs de ligne canadiens au coordonnateur Noel Thorpe. L’expérience n’a visiblement pas fonctionné, puisque les Moineaux se retrouvent au dernier rang du circuit pour les sacs du quart et contre la course.

La ligne tertiaire avec Jonathan Mincy en tête s’en est plutôt bien tirée, surtout quand on considère qu’il n’y a eu que peu de pression sur les quarts adverses.

Bref, c'est tout un hiver qui attend Kavis Reed.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine