Retour

Les 9000 enseignants de la CSDM en grève le 1er mai

Les 8900 membres de l'Alliance des professeurs de Montréal ont voté à 77 % en faveur d'une grève illégale d'une journée qui se tiendra le 1er mai. Près de 115 000 élèves et étudiants de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) seront touchés dans les secteurs de l'enseignement primaire, secondaire, aux adultes et professionnel.

Les enseignants de l'Alliance sont couverts par deux conventions collectives. Une convention nationale traite des clauses salariales et des principales clauses normatives. C'est la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), à laquelle est affiliée l'Alliance des professeurs de Montréal, qui l'a négociée avec le gouvernement du Québec. Ratifiée en 2016, elle sera en vigueur jusqu'au 31 mars 2020. Les enseignants pourront débrayer à partir de cette date, mais pas avant.

L'autre convention, locale, porte sur d'autres clauses normatives, comme la gestion des classes d'accueil et de francisation ou la façon d'établir les listes de priorités. Ce contrat est échu depuis 2010, mais il ne permet pas pour autant aux enseignants de faire la grève localement; il les oblige plutôt à négocier avec la CSDM.

Ces négociations, d'ailleurs, se poursuivent toujours. Or, la CSDM a fixé au 30 avril la date limite pour parvenir à une entente, sans quoi elle « fera tomber les arrangements locaux qui contiennent notamment la semaine de relâche en mars et les listes de priorités de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle, un droit syndical durement acquis depuis 20 ans pour ces enseignantes et enseignants à statut précaire », dénonce l'Alliance des professeurs dans son communiqué.

Une grève qui risque de coûter cher

La présidente du syndicat, Catherine Renaud, souligne que c'est en toute connaissance de cause que ses membres, réunis en assemblée jeudi soir, ont pris la décision de débrayer durant une journée, au lendemain de cette date butoir.

En conférence de presse, vendredi, la vice-présidente de l'Alliance, Pascale Besner, a elle-même évoqué le montant d'éventuelles amendes, qui ont été dévoilées aux membres lors de l'assemblée générale de jeudi, soit : 100 $ par membre qui participe à une grève illégale, 10 000 $ par dirigeant syndical et 50 000 $ pour l'organisation.

Sa présidente, Mme Renaud, admet qu'en vertu du Code du travail, cette journée de grève sera jugée illégale. « Mais nous, on conteste ça. Pour nous, cette grève-là, elle est légale », a-t-elle soutenu vendredi. « Et si besoin est, nous allons emprunter les recours nécessaires pour [la] faire valider ».

Dans son argumentaire juridique, l'Alliance des professeurs s'appuie sur les libertés d'expression et d'association prévues dans la charte canadienne des droits et libertés.

La CSDM garde le cap sur une entente négociée

Interrogée vendredi matin sur les ondes d'ICI RDI, la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, a affirmé pour sa part que la commission scolaire recherche avant tout une entente négociée avec ses professeurs.

« Plusieurs enseignants ont mentionné qu’ils n’étaient pas satisfaits de ce qu’ils avaient obtenu au niveau national dans leurs négociations avec le gouvernement du Québec. Mais on ne peut pas, dans la [négociation] locale aller chercher les mêmes enjeux que dans la nationale », a expliqué Mme Harel Bourdon.

Actuellement, le litige entre la CSDM et ses enseignants se concentre essentiellement sur la pénurie de professeurs – de suppléants notamment – un enjeu qui est national actuellement, selon Catherine Harel Bourdon.

« Nous, on est d’accord qu’il y a une pénurie d’enseignants, reconnaît-elle. On le constate dans tout le réseau, dans toutes les commissions scolaires du Québec. Mais quand on nous demande d’ajouter des journées de conciliation travail-famille, vous comprenez que ça prend des suppléants pour ces journées-là et comme on a 8500 profs, ça peut faire des milliers, voire des dizaines de milliers de journées de suppléance. Et en ce moment, on n’a pas le personnel. »

Soulignant que les négociations en cours durent depuis bientôt trois ans, Mme Harel Bourdon a rappelé que la CSDM demeure à la table, qu'un médiateur est nommé au dossier et que les négociations vont se poursuivre « de façon accélérée » pour arriver à une entente au cours des prochaines semaines.

En ce qui a trait à la grève illégale, la présidente de la CSDM entend étudier les recours qui s'offrent à elle avec le Tribunal administratif du travail, mais elle rappelle que la priorité demeure la conclusion d'une entente avec les professeurs.

La commission scolaire a fait parvenir une lettre aux parents touchés vendredi après-midi dans laquelle elle leur promet de mettre « tout en oeuvre pour protéger le droit à l'école [des] enfants ».

« Nous savons que chaque jour compte, c'est pourquoi, dès dimanche, nous poursuivrons les pourparlers », ajoute la CSDM, qui conclut en indiquant aux parents qu'elle leur fera part de « l'évolution de la situation ».

Parents outrés

La Fédération des comités de parents du Québec s'est dite « extrêmement préoccupée » par l'éventualité de cette « grève illégale ».

« Les enseignants n'ayant pas le droit d'aller en grève pour négocier leur convention collective locale, il s'agit d'une grève illégale et d'une décision intolérable », a fait savoir la fédération, par voie de communiqué.

« Si rien n'est fait pour empêcher cette grève, près de 75 000 élèves seront en congé forcé, le 1er mai. Cette décision démontre un non-respect du contrat social et un mépris de la réussite des enfants », a ajouté la fédération.

Ces 75 000 élèves auxquels fait référence la fédération de parents s'ajoutent aux 40 000 étudiants à l'éducation aux adultes que compte la CSDM, pour un grand total de 115 000 élèves.

À son tour, le Comité de parents de la CSDM s'est dit « extrêmement inquiet » de l'éventualité de cette journée de grève. « Nous refusons que nos enfants soient utilisés comme moyen de pression », a critiqué le président, Sylvain P. Caron.

« Qui plus est, de nombreux parents se verront contraints de s'absenter de leur emploi et d'assumer une perte de revenu que de nombreuses familles à faibles revenus ne pourront se permettre », a-t-il ajouté.

Plus d'articles