Retour

Les acheteurs étrangers sont plus nombreux sur le marché montréalais

Le nombre d'acheteurs étrangers sur le marché immobilier montréalais a progressé de 37 % au cours des quatre premiers mois de l'année, a indiqué jeudi la Société canadienne d'hypothèques et de logement.

Les 236 acheteurs étrangers représentaient 1,8 % de toutes les transactions immobilières de janvier à avril, a précisé l'agence fédérale dans un rapport. Pour la même période l'an dernier, 172 acheteurs étrangers, ou 1,3 % des ventes totales, avaient été recensés.

À titre de comparaison, les acheteurs étrangers du marché immobilier de Vancouver représentent environ 3 % à 4 % de toutes les transactions depuis l'entrée en vigueur d'une taxe de 15 % destinée aux acheteurs étrangers, en août 2016. Dans la région de Toronto, environ 5 % des transactions ont été réalisées par des étrangers depuis l'imposition d'une taxe semblable, en avril.

Les acheteurs en provenance de Chine ont affiché la plus forte croissance sur le marché de Montréal, représentant 17 % d'entre eux, comparativement à moins de 10 % au premier trimestre de 2016.

Le nombre d'acheteurs chinois a plus que triplé depuis l'adoption de la taxe à Vancouver, tandis que celui d'acheteurs français ou américains a grimpé d'environ 33 %. Les copropriétés étaient les cibles préférées des acheteurs étrangers, mais 40 % des acheteurs chinois choisissaient plutôt des maisons unifamiliales.

Le prix médian allongé par les acheteurs chinois pour des maisons unifamiliales était d'environ 720 000 $. Pour le même type de logement, les acheteurs des États-Unis et de la France versaient des sommes médianes respectives de 465 000 $ et 390 000 $.

En outre, 25 % des maisons acquises par les acheteurs chinois avaient un prix supérieur à un million de dollars, contre des proportions de 17 % et 11 % pour les acheteurs américains et français, respectivement.

Plus d'articles

Commentaires