BILLET - Quand Drew Willy a quitté le premier match préparatoire des Alouettes à Ottawa, son équipe avait les devants. C'était seulement 6-0, mais les Alouettes menaient...

Drew Willy n’a pas mené son équipe dans la zone des buts lors des deux premières séries comme Mike Reilly l’a fait à Edmonton contre les Roughriders, mais, au moins, il n’a pas donné le ballon à l’adversaire comme les Tiger Cats l’ont fait QUATRE fois lors du premier quart de leur match préparatoire contre Toronto.

Les Alouettes ont-ils vraiment le choix?

S’ils donnent le ballon immédiatement à la recrue Matthew Shiltz et qu’il se plante, comment feront-ils pour nous convaincre que Drew Willy est l’homme de la situation?

Tandis que si le vétéran rate son entrée, les Alouettes pourront dire qu’ils se tournent vers l’avenir avec Shiltz.

À Ottawa, Willy a bénéficié de l’attaque numéro un des Alouettes, pour ce que ça vaut.

La ligne à l’attaque est loin d’être finalisée et elle n’est pas encore rôdée.

L’ancien quart des Blue Bombers a semblé décocher ses passes avec rapidité, évitant de retomber dans sa mauvaise habitude de garder le ballon trop longtemps.

Shiltz est arrivé avec plusieurs réservistes et, le moins qu’on puisse dire, c’est que le synchronisme faisait défaut.

Les Alouettes ont écopé de 6 pénalités sur les 10 premiers jeux en attaque de Shiltz, dont un hors-jeu, une mise en jeu illégale et une formation illégale, trois pénalités où les Moineaux n’ont qu’eux-mêmes à blâmer.

Le jeune quart de l’Université Butler a finalement réussi à construire une bonne séquence, qui s’est cependant terminée sur une interception quand le ballon a bondi sur son joueur avant de tomber dans les mains de l’adversaire.

Shiltz n’a pas mal joué, mais il n’en a pas fait assez pour devancer le vétéran.

Le jeune quart de 25 ans a montré qu’il pouvait se défaire de la pression et compléter des jeux en attaque même s’il est poursuivi.

Il a aussi montré qu’il avait un bras puissant et pouvait être très précis quand il a rejoint Jamal Robinson avec une balle rapide au poteau du premier essai.

Mais, ce n’est pas assez pour l’envoyer à l’abattoir.

Attendons de voir si Drew Willy peut se tirer d’affaire. Qui sait, peut-être retrouvera-t-il un peu de la magie qui lui a permis d’établir une série de records à l’université de Buffalo.

En passant qui était l'un de ses receveurs de prédilection avec les Bulls entre 2006 et 2008? Ernest Jackson, le numéro 9 des Alouettes.

Heeeeeeere’s Johnny!

L’Américain Johnny Manziel a fait ses débuts tant attendus dans la Ligue canadienne, en relève à Jeremiah Masoli avec les Tiger Cats vendredi soir.

Il a été relativement efficace avec 9 passes complétées en 11 tentatives, même si Hamilton n’a pas réussi à marquer pendant son passage au poste de quart.

S’il n’a pas cassé la baraque, Manziel a démontré que sa grande mobilité en faisait une arme potentiellement dangereuse. Il a d’ailleurs complété une passe de toute beauté à l’ancien du Rouge et Or, Félix Faubert-Lussier après s’être défait de deux ou trois poursuivants.

Manziel devrait encore voir du temps de jeu, samedi midi à Montréal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine