Retour

Les Alouettes sacrifient Adams fils, Giguère quitte l'infirmerie

Les récentes blessures à quelques-uns des joueurs canadiens ont forcé la main de Kavis Reed. Les Alouettes (3-4-0) ont ainsi mis le grappin sur le demi défensif Tevaughn Campbell, mardi, et ont envoyé en contrepartie le quart Vernon Adams fils aux Roughriders (3-4-0).

Un texte de Félix St-Aubin

Les Moineaux pourront également compter sur deux sélections supplémentaires de 3e tour (2018 et 2019). Un choix de 5e tour (2018) accompagne Adams fils en Saskatchewan. Le quart-arrière de deuxième année n’aura jamais rempli les attentes posées à son endroit à Montréal.

Près de 15 mois après que Jim Popp eut échangé une sélection de 1er tour – qui s’est avérée être la 3e au cumulatif en mai dernier – aux Lions de la Colombie-Britannique (5-3-0) pour obtenir Adams fils, Reed a mis un terme à cette expérience peu concluante.

L'entraîneur-chef Jacques Chapdelaine n’a toutefois pas voulu jeter le blâme sur son ancien protégé. « Cela n’a rien à voir avec Vernon. Il était quand même encore notre deuxième quart. Ce n’est pas ce qu’il n’a pas fait, mais plutôt ce qu’il nous permet d’obtenir. »

Le départ d’Adams fils ouvre la porte à Drew Willy, qui revêt désormais le chapeau de pivot substitut. L’identité du troisième quart dans la hiérarchie des Moineaux n’est pas encore connue, mais force est de constater que Chapdelaine a quelque peu dévoilé son jeu.

« Présentement, ça a du sens que Jacory Harris se retrouve dans ce rôle. En ayant un quart de moins, ça nous permet de poursuivre le travail et le développement avec Matthew Shiltz », a-t-il soutenu.

Adams fils a enfilé l’uniforme montréalais à 22 reprises, dont 3 à titre de partant. Il a principalement été employé dans les situations de court gain par la voie terrestre.

« Merci Montréal de m'avoir offert ma première occasion de me faire valoir au football professionnel. Je suis reconnaissant que des vétérans m'aient enseigné comment être un professionnel », a-t-il publié sur Twitter.

Campbell en renfort

La venue de Campbell dans la tertiaire des Alouettes aidera d’une part à pallier les absences des demis défensifs Travis Hawkins, Greg Henderson et Dominique Termansen, tous sur la liste des blessés.

D’autre part, les Moineaux bénéficieront d’un joueur national de plus dans leur formation pour s’assurer de respecter le ratio imposé par la LCF.

« Nous sommes heureux de pouvoir mettre la main sur un joueur du calibre de Campbell, d'autant plus que nous avions un besoin de joueurs canadiens à combler à la suite des récentes blessures qui touchent notre équipe », a commenté Reed.

Campbell enfilera un troisième chandail distinct depuis que les Stampeders de Calgary (5-1-1) ont prononcé son nom au 22e échelon (3e tour) du repêchage 2015.

L’athlète de 1,83 m (6 pi) et 88,5 kg (195 lb) a amassé 24 plaqués, soit 19 en défense et 5 sur les unités spéciales, en 22 matchs dans la LCF. Il a aussi récolté un sac, une interception et un touché après avoir récupéré un ballon échappé.

Giguère renoue avec ses équipiers

Un visage familier était de retour à l’entraînement mardi matin. Samuel Giguère s’est aligné aux côtés de ses coéquipiers sur la première unité offensive. Il obtiendra du temps de jeu au cours du duel de samedi (3-5-0) contre les Argonauts, à Toronto.

Giguère n’a pas disputé une seule confrontation cette saison en raison d’une blessure aux ischiojambiers. Il a donc manqué à l’appel durant les sept rencontres des siens, soit l’équivalent des affrontements où il a brillé par son absence entre 2012 et 2016.

« Quand je me suis blessé au camp d’entraînement, je ne pensais jamais que ça allait me faire rater sept matchs. [Au départ], je croyais que c’était une question de quelques jours de repos. Finalement, la blessure s’est avérée plus sévère que prévu », a expliqué Giguère.

Il y a près d’un mois, Giguère croyait être apte à refouler le terrain en situation de match. Le principal concerné n’a pas vu son désir se matérialiser puisqu’après avoir expérimenté sa jambe, il s’est rapidement rendu compte qu’il s’agirait d’un retour hâtif.

« Je ne l’ai pas aggravée, mais disons que lorsque je suis revenu, je pensais être correct. Tu ne le sais jamais avant que tu testes vraiment. C’est pour ça que je suis content aujourd’hui, je l’ai testée et elle a super bien répondu. Je n’ai rien ressenti ni de la fatigue à la fin de l’entraînement. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine