Retour

Les Bleus champions du monde font un retour triomphal en France

Les Bleus ont rapporté la coupe du monde à la maison, lundi, et ont célébré avec des centaines de milliers de Français venus les acclamer sur les Champs-Élysées, avant d'être reçus par le président Macron.

« On est les champions, on est les champions! » Rassemblée depuis plusieurs heures, une foule en délire aux couleurs bleu, blanc et rouge a accueilli l'équipe de France arrivée un peu plus tôt de Russie, où elle a décroché le deuxième titre mondial de son histoire.

Comme l'équipe de 1998, acclamée par un demi-million de personnes le 13 juillet 1998, elle a parcouru en autobus l'emblématique avenue de la capitale française.

Survolé par la patrouille de France, son itinéraire a été balisé de barrières pour contenir l'impressionnante foule. Selon le ministère de l'Intérieur, quelque 2000 policiers et gendarmes ont été mobilisés pour assurer le bon déroulement de la journée, avec 400 autres personnes dans une équipe de secours.

Les 23 joueurs, vêtus de T-shirts frappés des deux étoiles et des mots « champions du monde », étaient euphoriques malgré une courte nuit. Ils ont harangué une foule dans laquelle se sont répandus des nuages de fumigènes.

Autour d'eux, le bleu-blanc-rouge s'est décliné sous toutes les formes: drapeaux, maillots, colliers de fleurs, chapeaux de cowboy ou à clochettes, maquillage sur les joues ou les lèvres. La patrouille de France a aussi orné le ciel de ces trois couleurs.

« Ne changez pas! »

« Ne changez pas! », a dit aux Bleus le président Emmanuel Macron au palais de l'Élysée, dans un court discours devant quelque 3000 personnes, dont de nombreux jeunes.

Mais « n'oubliez jamais d'où vous venez », a ajouté Emmanuel Macron, en nommant les « clubs qui vous ont formés » et « les parents qui n'ont pas compté leur temps ».

Des joueurs de l'équipe de France ont ensuite pris le micro. Le milieu Paul Pogba, d'un ton festif, a résumé ainsi l'épopée de son équipe en Russie: « On est parti sur le terrain et on a tout cassé! J'espère qu'on vous a fait vibrer. »

Le gardien et capitaine Hugo Lloris a tendu la coupe à des jeunes pour qu'ils la touchent.

Avec Emmanuel Macron et son épouse Brigitte, les Bleus ont ensuite posé face aux caméras sur le perron de l'Élysée avant de chanter à tue-tête l'air de I Will Survive, puis une Marseillaise.

Comme les joueurs de l'équipe de 1998, les champions de 2018 seront décorés de la Légion d'honneur, mais dans seulement quelques mois, à une date qui n'a pas encore été arrêtée, a indiqué lundi l'Élysée.

Le retour triomphal des Bleus en France avait commencé sur le tarmac de l'aéroport Charles-de-Gaulle de Paris, où des pompiers, pour leur rendre hommage, ont fait un arc avec des lances à eau à plein régime.

Le capitaine Hugo Lloris, trophée en main, et le sélectionneur Didier Deschamps sont sortis les premiers, accueillis par la ministre des Sports Laura Flessel, sous les acclamations du personnel de l'aéroport qui chantait « Merci les Bleus ».

Transport hors du commun

À son arrivée à Paris, l’équipe de France a pu trouver des noms de stations de métro symboliquement changés en son honneur.

Ainsi, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) a rebaptisé six des stations de son vaste réseau.

Charles-de-Gaulle/L’Étoile est renommée « On a deux étoiles », Bercy est transformée en « Bercy les Bleus », et Victor Hugo devient « Victor Hugo Lloris » en hommage au gardien de but français.

Aussi, le sélectionneur Didier Deschamps a deux stations pour souligner sa participation aux deux conquêtes de 1998, en tant que joueur et capitaine, et de 2018 : Champs-Élysées/Clémenceau s’appelle aujourd’hui « Deschamps-Élysées/Clémenceau », tandis que Notre-Dame-des-Champs prend le nom de « Notre-Didier-Deschamps ».

Enfin, la station Avron se décline sous le vocable « Nous Avron gagné ».

Les Croates fêtent aussi à Zagreb

Un rassemblement historique et une ville en rouge et blanc : en liesse, Zagreb a accueilli lundi en héros ses vice-champions du monde, battus en finale du Mondial par la France.

Selon la police, plus de 300 000 personnes se sont massées entre l'aéroport et le centre-ville, du jamais vu en Croatie.

L'avion des joueurs, escorté depuis l'entrée dans l'espace aérien croate de deux Mig-21 de l'armée de l'air, a survole peu après 9 h (HAE) la place Jelacic et ses alentours.

Malgré l'annonce d'une arrivée différée, les supporteurs ont afflué très tôt dans le centre. Beaucoup ont patienté plusieurs heures, malgré la chaleur et le soleil au lendemain d'une journée longtemps pluvieuse. Les transports publics ont été gratuits toute la journée.

Drapeaux géants sur les beaux immeubles de style austro-hongrois de la place, des Croates restés au pays ou expatriés, des retraités et des enfants : c'est tout un peuple qui a voulu dire sa fierté et fêter Luka Modric et sa bande.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine