Retour

Les chauffeurs et opérateurs de la STM votent à 99 % en faveur d'un mandat de grève

Réunis en assemblée générale, les 4500 chauffeurs de la Société de transport de Montréal (STM) ont voté à 99 % en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève.

Un premier groupe de syndiqués s’est réuni en avant-midi dans une salle de réception du nord de Montréal. Un autre groupe s'est réuni en soirée.

Les membres avaient pour consigne de ne pas parler individuellement aux journalistes.

S’adressant aux médias après le vote, le président du Syndicat des chauffeurs d’autobus, opérateurs de métro et employés des services connexes au transport de la STM (section locale 1983 du Syndicat canadien de la fonction publique [SCFP]), Renato Carlone a tenu à rassurer la clientèle de la STM.

Réclamant des fonds pour améliorer le service, M. Carlone demande aux gouvernements d’intervenir.

« On parle beaucoup du transport en commun, de l’expérience client. Là, il est temps qu’on l’attaque », a-t-il dit.

M. Carlone a expliqué que « les chauffeurs d’autobus aujourd’hui roulent à la limite de vitesse permise ». Il a rappelé que la vitesse de circulation a été réduite de 50 à 40 km/h et même à 30 km/h par endroit. Cela occasionne des retards et il en résulte « la frustration de la clientèle », que subissent directement les chauffeurs d’autobus.

« À partir d’aujourd’hui, on va en parler haut et fort », a lancé le président du syndicat sans préciser à quels moyens de pression il comptait recourir.

Renato Carlone a ajouté que ses membres allaient sensibiliser la population, dont il attend l'appui. « À partir de la semaine prochaine, vous allez nous voir partout sur des affiches » qui diront « pourquoi on est en négociations et pourquoi on a un mandat à 99 % ».

Plus de flexibilité

Dans le cadre des négociations en cours, la STM vise une plus grande flexibilité dans l’organisation et la répartition du travail. Le directeur général, Luc Tremblay, a mentionné mercredi que la STM souhaite par exemple « se donner des quarts de soir et de nuit pour pouvoir entretenir les autobus au bon moment, avec les bons équipements ».

En ce qui concerne les chauffeurs, la STM souhaite notamment réduire les délais pour pouvoir changer l’affectation d’un chauffeur d’un des huit centres de transport à un autre.

Mercredi, des centaines d’employés des services d'entretien ont manifesté contre les visées patronales.

Après un an de négociations, la partie patronale maintient des propositions « qui viendraient changer totalement les conditions de travail », a déploré Gleason Frenette, président du Syndicat du transport de Montréal (employés des services d'entretien) – CSN.

Mais la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est montrée optimiste. « Des deux côtés, il y a beaucoup d’ouverture pour régler ça le plus rapidement possible », a-t-elle estimé, toujours mercredi.

Services essentiels

Le Tribunal administratif du travail (TAT) a par ailleurs approuvé la liste des services essentiels prévus durant la grève d'heures supplémentaires des 2400 employés d'entretien, la semaine prochaine.

Le TAT avait assigné une conciliatrice pour que la STM et le syndicat conviennent des services essentiels à assurer durant la grève des heures supplémentaires. Le Tribunal estime que cette entente « assure la santé ou la sécurité de la population ».

Les parties ont convenu que durant la grève d'heures supplémentaires de six jours, tous les salariés donneront toutes leurs prestations régulières de travail selon leur quart normal, soit 40 heures par semaine. Elles ont également convenu qu'il n'y aura pas de changement temporaire de poste, sauf pour remplacer un employé absent.

Le syndicat s'est aussi engagé à assurer que l'équipe d'« urgence métro » soit complète pour chaque quart de travail. De plus, en cas de « situation exceptionnelle ou urgente » mettant en cause la santé ou la sécurité des usagers, « le syndicat fournira le personnel nécessaire pour y faire face ».

La STM négocie aussi avec un troisième syndicat, qui réunit ses 600 professionnels (SEPB 610).

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine