Retour

Les coins de Montréal les plus prisés par Hollywood

L'aviateur, L'étrange histoire de Benjamin Button, X-Men – Jours d'un avenir passé, La somme de toutes les peurs : ces mégaproductions américaines ont toutes été tournées, en tout ou en partie, à Montréal. Découvrez quels sont les lieux de tournage préférés d'Hollywood dans la métropole.

Un texte de Valérie-Micaela Bain

Montréal est un lieu de tournage prisé par les productions cinématographiques. L'an dernier, la ville a servi de décor à 717 films.

Chaque année, certains secteurs de la ville deviennent régulièrement la toile de fond de longs métrages souvent étrangers ou américains. Le port de Montréal est un endroit prisé par les films d'action qui présentent « des poursuites en voiture, des poursuites à pied, des échanges de coups de feu, des scènes avec un peu de violence », selon Daniel Bissonnette, directeur du cinéma, des festivals et des événements à la Ville de Montréal.

Polyvalent, le port de Montréal peut facilement être métamorphosé : dans The Sum of All Fears (2002), il est devenu le port de Baltimore; dans Brick Mansions (2014), c'était Détroit, et dans The Curious Case of Benjamin Button (2008), il s'est transformé en port de La Nouvelle-Orléans.

Historique des tournages dans le Vieux-Montréal

Le Vieux-Montréal est un endroit de tournage de prédilection unique en Amérique du Nord, puisque la ville a préservé 16 pâtés de maisons constitués de bâtiments qui remontent jusqu'aux années 1800.

Ainsi, dans The Greatest Game Ever Played (2005), le secteur des rues Saint-Pierre et Saint-Jacques est devenu un quartier de Londres au début des années 1900, puis un quartier de Boston.

Bien que les environs du Marché Bonsecours aient récemment subi des travaux de construction, le secteur demeure très populaire auprès des grandes productions parce que son charme européen a été préservé.

« Le fait le plus marquant dont on peut parler ici, c'était pour The Curious Case of Benjamin Button avec Brad Pitt : nous avons simulé la Russie en hiver alors que nous étions au mois de mai à Montréal. Donc, il a fallu fabriquer de la neige. […] Les enseignes ont été changées en postproduction pour que l'on se croie vraiment dans une ville de Russie », raconte Daniel Bissonnette.

Un hôtel de ville caméléon

L'hôtel de ville de Montréal est un autre lieu de tournage caméléon puisque, depuis 2000, une douzaine de tournages s'y sont déroulés. Dans I'm Not There – Les vies de Bob Dylan, il est devenu un hôtel londonien, tandis qu'il s'est transformé en hôtel Majestic de Paris en 1973 pour la superproduction X-Men – Jours d'un avenir passé.

En somme, gardez l’œil ouvert la prochaine fois que vous irez au cinéma. Vous reconnaîtrez peut-être un coin de Montréal dans le décor de la plus récente mégaproduction en salle.

Plus d'articles

Commentaires