Retour

Les curieux s'entassent au Festival des minimaisons

Capitale québécoise des minimaisons, la municipalité de Lantier, dans les Laurentides, accueille ce week-end le premier festival qui leur est consacré au pays.

L'événement attire des centaines de curieux, venus d'un peu partout pour découvrir ce phénomène, né après la crise immobilière et financière de 2008 qui a durement touché les États-Unis.

Les organisateurs du salon souhaitent faire connaître les différents concepts de minihabitation : il y a celles faites dans des conteneurs recyclés, les minimaisons usinées ou préfabriquées, celles sur roues ou encore celles bâties avec du bois récupéré.

Ce genre d'habitation à très faible superficie - et donc économique et écologique - gagne en popularité en Amérique du Nord.

Une mini-maison et un terrain peuvent coûter environ 80 000 $, fosse septique incluse.

Ses adeptes font en outre valoir que leur domicile, en plus d'être moins cher à l'achat, entraîne des dépenses courantes beaucoup moins importantes, ce qui leur permet de travailler moins. Autre avantage : les minimaisons exigent moins d'entretien.

Le maire du village, Richard Forger, croit au concept. Sa municipalité a modifié les réglements de zonage et de lotissement pour pouvoir développer un quartier qui pourra accueillir jusqu'à 120 demeures du genre.

C'est pour l'instant la seule municipalité qui les accepte sur son territoire.

D'après un reportage d'Ève Couture

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine