Retour

Les employés du centre d’appel 911 de Montréal et Laval en grève pour 48 heures

En grève depuis hier soir, les 210 employés du centre d'appel 911 d'Urgences-santé de Montréal et Laval ont manifesté jeudi devant l'hôtel de ville de Montréal. Ils dénoncent des reculs dans leurs conditions de travail et le fait que leur convention collective est échue depuis près de trois ans.

« Absolument rien ne justifie une attente de 34 mois sans convention collective. On veut un règlement rapide, mais pas à n’importe quel prix. Et surtout pas au détriment de la parité de nos conditions de travail avec celles des autres employés de l’État québécois ou avec celles de nos collègues ambulanciers-paramédics et employés de soutien d’Urgences-santé », a lancé Martin Joly, président du Syndicat des employés-es d’Urgences-santé.

Malgré une rencontre en fin de soirée mercredi, de nombreux aspects de la prochaine convention collective achoppent toujours. Selon les représentants syndicaux, la corporation publique souhaite notamment enlever aux employés la possibilité de prendre des congés fériés, alors qu'ils travaillent déjà en effectif réduit. Les autres points en litige portent sur l’assurance collective, les temps de pauses et la protection contre la sous-traitance.

Sans entente sur ces volets, il est impossible de discuter des salaires et des primes, qui doivent aussi être renégociés.

En conciliation depuis décembre devant un représentant du ministère du Travail, le syndicat a donc décidé de faire une grève de 48 heures pour sensibiliser la population à sa cause et tenter d’en arriver à une entente prochainement.

Pas d'influence sur le service

Cette grève ne devrait par contre pas affecter le service au centre d’appel 911.

« On assure 100 % des services essentiels à la population. On a même prévu des clauses si jamais on manquait de personnel après les temps supplémentaires. Les cadres assumeront une partie du travail », a expliqué Martin Joly, indiquant que les employés qui débraient aujourd’hui et demain étaient des employés de bureau et des répartiteurs déjà en congé.

Le Tribunal administratif du travail a d’ailleurs approuvé l’entente pour assurer les services essentiels pendant cette grève.

Une autre manifestation devrait se tenir demain devant l’hôtel de ville de Laval.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine