Retour

Les finissants du Conservatoire d'art dramatique de Montréal présentent la création Compagnie

Vendredi après-midi 21 avril au Théâtre Rouge du Conservatoire d'art dramatique de Montréal. Il y a une effervescence dans la salle. Les costumes de la production des étudiants de troisième année viennent tout juste d'arriver. Une autre étape franchie pour donner vie à leurs personnages. Dans une semaine ils seront sur les planches pour présenter leur spectacle de fin d'année.

Un texte de Valérie-Micaela Bain

Compagnie, c'est la rencontre improbable entre les personnages de neuf dramaturges. Dans cette création, Christine la reine garçon, de Michel Marc Bouchard, donne la réplique à l'Ines Pérée de Réjean Ducharme. On y voit aussi la marquise de Merteuil tirée de la pièce Quartett, Jamie du Long voyage vers la nuit, Cyrano de Bergerac, Abigaël et Elizabeth Proctor de l'oeuvre Les sorcières de Salem et Martha de Qui a peur de Virginia Woolf, pour ne nommer que ceux-là.

« Chacun de façon individuelle m'a livré le personnage qu'il rêvait de jouer », explique le metteur en scène Yves Desgagnés. Le dramaturge Gilbert Turp a ensuite conservé les dialogues originaux de toutes les oeuvres pour créer une tout autre histoire.

La fin d'un chapitre

Ces 11 étudiants du Conservatoire d'art dramatique de Montréal s'apprêtent à vivre une étape de leur vie : la fin de leur programme d'étude. Au cours des trois dernières années, ils ont été formés pour pratiquer le métier d'acteur.

« On a passé au-dessus de 55 heures par semaine ensemble depuis trois ans, et puis là c'est notre dernier show, et on commence notre carrière, c'est incroyable », décrit Émilie Lajoie. Sa camarade de classe Karyanne Bilodeau parle pour sa part d'une aventure extrêmement exigeante, mais aussi de l'expérience la plus enrichissante qu'elle ait vécue. Lyndz Dantiste abonde dans le même sens.

« On est face à soi-même, face à une réalité qu'on ne connaît pas. Mais au bout du compte, on réalise que ça a porté fruit et qu'on a les outils pour y arriver. »

Un métier et des étudiants qui évoluent

Yves Desgagnés constate que la perception du métier d'acteur a changé depuis l'époque où il était étudiant, il y a 40 ans.

« Le milieu culturel et le milieu des comédiens étaient réservés aux marginaux, aux gens qui faisaient un peu un pied de nez ou qui faisaient une grimace à la société. [...] De projeter une carrière artistique n'est plus l'apanage des marginaux. On voit que la culture est intégrée maintenant en notre société et que la culture est importante. »

La précarité demeure une réalité pour les acteurs professionnels, mais ces finissants sont remplis d'espoir et fiers d'avoir eu le courage de suivre leur passion. « Le théâtre, c'est là que je veux me développer, dit Jeanne Chaumont-Goneau, c'est là que je veux apprendre et j'y crois malgré tout. »

Sa camarade Karyanne Bilodeau ajoute : « On est des acteurs créateurs aussi, donc on peut créer des choses, on n'a pas juste à attendre que le téléphone sonne, on peut faire des pièces, on peut monter des spectacles, on peut écrire pour nous-mêmes, nos amis. »

Yves Desgagnés estime que ces étudiants sont mieux préparés que les finissants en théâtre d'il y a 30 ou 40 ans. Selon lui, ils sont plus studieux et possèdent déjà des connaissances du milieu des arts. « Ils savent ce qu'ils font. J'ai l'impression qu'ils savent ce qu'ils veulent aussi. [...] C'est fait plus sérieusement et plus en connaissance de cause. »

Dans quelques jours, ils plongeront dans le vide, sans savoir ce que l'avenir leur réserve. D'ici là, ils profiteront de leurs derniers instants de vie étudiante.

Compagnie sera présenté au Théâtre Rouge du 28 avril au 6 mai.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine