Retour

Les Français de la métropole réunis pour suivre les résultats du premier tour

Les Français de Montréal se sont donné rendez-vous dans différents secteurs de la ville pour assister au dépouillement des voix permettant de déterminer les deux candidats retenus pour accéder au second tour de la présidentielle.

Une partie de l'électorat français de la métropole s'est rendue à l'Usine C dans le cadre d'un événement non partisan organisé par le Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM).

Pour l'occasion, des experts universitaires se promenaient dans la salle pour discuter des enjeux propres à la société française avec les gens présents. Ces derniers pouvaient également suivre le dépouillement des voix grâce à des retransmissions des chaînes de télévision française.

Au moins 300 billets ont trouvé preneur dans le cadre de cet événement.

Une centaine de personnes ont plutôt choisi de se rendre à l'Union française de Montréal pour suivre le décompte.

Des électeurs furieux

Au lendemain du vote pour les Français outre-mer, nombre d'entre eux étaient encore furieux d'avoir fait la file pendant plusieurs heures, samedi, devant le Collège Stanislas, dans Outremont. Il s'agissait du seul bureau de vote pour les ressortissants dans la grande région de Montréal.

Devant l'imposante file qui s'étalait sur près de deux kilomètres, certains électeurs n'ont eu d'autre choix que de rebrousser chemin, renonçant ainsi à exercer leur droit de vote.

Les électeurs déplorent qu’un seul bureau ait été mis à la disposition des quelque 57 000 personnes enregistrées pour voter dans le cadre du premier tour de la présidentielle française. La température maussade, ponctuée par des épisodes de pluie, a également contribué à décourager certains électeurs de garder leur place dans la file.

Une pétition circule actuellement sur les réseaux sociaux pour demander au Consulat de France à Montréal de revoir l’organisation du vote d’ici le second tour qui doit avoir lieu le 7 mai prochain.

Le Consulat a argué qu’il manquait d’assesseurs bénévoles pour assurer un service fluide. Or, selon les instigateurs de la pétition, le Consulat n’aurait jamais fait part de ses besoins en matière d’effectifs.

La métropole compte la plus importante diaspora française à l’extérieur de l’Europe. Signe que l’attente a été particulièrement pénible pour les citoyens : le dernier bulletin de vote a été déposé vers 23 h, alors que le bureau devait normalement fermer à 20 h.

Le dépouillement se serait ainsi terminé à 4 h dimanche matin, selon un assesseur du bureau de vote.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine