Retour

Les funérailles nationales de Paul Gérin-Lajoie seront célébrées le 9 août

Paul Gérin-Lajoie, créateur du ministère de l'Éducation du Québec et promoteur de la présence du Québec sur la scène internationale, aura des funérailles nationales le 9 août prochain.

La date a été convenue avec la famille de l’ancien ministre du gouvernement de Jean Lesage et annoncée vendredi matin par le premier ministre Philippe Couillard depuis New York.

L’archevêque de Montréal, Mgr Christian Lépine, présidera la cérémonie, qui aura lieu à 11 h en la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, à Montréal.

La veille des funérailles, la dépouille de Paul Gérin-Lajoie sera exposée en chapelle ardente dans la cathédrale.

Créateur du ministère de l’Éducation

Paul Gérin-Lajoie a été un acteur-clé de la révolution tranquille, cette période de changements rapides qui a marqué le Québec des années 60.

Nommé ministre de la Jeunesse après son élection en 1960, il se donne pour objectif la fondation d’un véritable ministère de l’Éducation. À l’époque, les écoles publiques relèvent du département de l’Instruction publique, assujetti aux autorités religieuses.

Paul Gérin-Lajoie met sur pied de la commission Parent, du nom de son président, le pédagogue Alphonse-Marie Parent, qui a pour mission d’enquêter sur l’enseignement au Québec.

Dans la foulée des recommandations de la commission, la scolarisation deviendra obligatoire jusqu’à 16 ans et le ministère de l’Éducation verra le jour, de même que les polyvalentes, les cégeps et le système de prêts et bourses.

La doctrine Gérin-Lajoie

Paul Gérin-Lajoie est aussi l'instigateur d’une présence accrue du Québec sur la scène internationale.

Le 12 avril 1965, devant le corps consulaire de Montréal, il annonce la volonté du Québec d'être un acteur international dans les domaines où la Constitution lui reconnaît des compétences. Ce discours exprime « la doctrine Gérin-Lajoie », selon laquelle la province peut signer des ententes avec des pays souverains dans des matières touchant ses champs de compétence.

Après sa carrière politique, Paul Gérin-Lajoie s'est notamment consacré à la coopération internationale. À compter de 1986, il a présidé la Fondation qui porte son nom et qui a pour mandat d'assurer la formation et l'éducation des jeunes des pays en voie de développement.

Son nom est aussi associé à la dictée PGL, qui vise à sensibiliser les jeunes à la valorisation de la langue française et à la coopération internationale.

Les mérites de M. Gérin-Lajoie ont été reconnus par l'attribution d'une multitude de décorations de haut niveau, au Canada et à l'étranger.

Il s'est éteint le 25 juin dernier à Montréal, à l'âge de 98 ans.

Plus d'articles