Retour

Les grutiers dénoncent une nouvelle formation écourtée de leur métier

Mécontents des modifications apportées à la formation des grutiers au Québec, environ 500 d'entre eux ont manifesté samedi après-midi dans les rues de Montréal.

Le rassemblement a commencé à midi devant les bureaux de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Les manifestants se sont ensuite déplacés avec une dizaine de grues jusqu'au bureau du premier ministre Philippe Couillard, au centre-ville de la métropole.

La manifestation était organisée par l'Union des opérateurs grutiers, affiliée à la FTQ-Construction. Les grutiers, au nombre de 2000 au Québec, sont en colère en raison des modifications réglementaires apportées à leur formation.

Les grutiers estiment que des études sont nécessaires pour exercer le métier et que le changement imposé par la Commission de la construction du Québec (CCQ) risque de mettre en péril la sécurité des chantiers.

Depuis 20 ans, un diplôme d'études professionnelles (DEP) de 870 heures est obligatoire pour manoeuvrer une grue au Québec.

Le nouveau règlement prévoit que les personnes qui ne possèdent pas le diplôme d'études professionnelles en conduite de grues peuvent dorénavant obtenir un certificat de compétence apprenti pour le métier de grutier.

Pour cela, un candidat devra suivre une formation, supervisée par des compagnons grutiers, qui comporte un volet pratique en entreprise et un volet théorique. Elle doit être accomplie en 150 heures échelonnée sur trois mois consécutifs.

Par la suite, le candidat doit réussir un examen d'intégration, dont le seuil de réussite est fixé à 80 %. Il n'a qu'une seule chance de le réussir. S'il échoue, il devra passer par le DEP.

La sécurité menacée

Le syndicat des grutiers estime que cela représente des dangers pour la sécurité du public.

Le formateur de grutiers José Riopel estime que les futurs opérateurs de grues ne recevront pas tous les outils pour bien exercer leur métier.

« Comment une entreprise peut former une personne en seulement 150 heures? On trouve ça inconcevable », déplore-t-il.

Une plainte a d'ailleurs été déposée au bureau du Protecteur du citoyen.

Future pénurie de main-d'oeuvre

Selon la Commission de la construction du Québec (CCQ), le règlement sur la formation des grutiers a été modifié afin de combler une éventuelle pénurie de main-d'oeuvre.

D'autre part, la CCQ ajoute que ces modifications n'empêchent pas les employeurs de ne recruter que des grutiers diplômés.

La CNESST ainsi que des experts de l'industrie auraient approuvé les changements, selon la CCQ.

La Commission de la construction va continuer de privilégier le DEP pour devenir grutier. Elle estime que la formation en entreprise servira davantage aux personnes qui travaillent déjà en construction.

« Le processus pour entrer dans le métier de grutier sans détenir de diplôme est probablement plus lourd et plus sévère, plus rigoureux que pour d'autres métiers. C'est la raison pour laquelle, par exemple, il n'y a pas de droit de reprise à l'examen de qualification », affirme la porte-parole de la CCQ, Mélanie Malenfant.

Le nouveau règlement sera en vigueur à compter du 14 mai.

Avec les informations de Sarah Sanchez et de Michel Marsolais

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine