Il y a 50 ans, l'Exposition universelle de Montréal éblouissait le monde entier. Véritables ambassadrices de l'événement, les hôtesses accueillent les visiteurs sur le site et à l'entrée de chaque pavillon. Nous les avons retrouvées à travers nos archives de l'Expo 67.

Les hôtesses demeurent des icônes de prédilection d’Expo 67. Avec leur costume officiel, signé Michel Robichaud, elles incarnent et concrétisent l’Expo avant même le début de l’événement. Puis, dès l’ouverture, ce sont elles qui estampent avec le sourire les passeports des millions de visiteurs.

Dans ce montage d’archives, vous découvrirez les qualités requises pour être recrutée. La principale : « Être le reflet de la jeunesse canadienne ». Les aspirantes hôtesses devront également être bilingues, instruites, dynamiques et curieuses. Une large formation s’ajoute à ces critères d’embauche.

Les hôtesses sont le miroir de l’Expo et des pavillons qu’elles représentent. Aux centaines d’hôtesses officielles choisies, s’ajoutent celles en provenance des quatre coins du monde. Les pavillons nationaux et privés engagent en effet leurs propres hôtesses qui portent un uniforme distinct. Australie, Iran, Togo, Venezuela, Îles Maurice, voilà quelques pays dont vous retrouverez les hôtesses dans notre capsule d’archives. Au total, elles sont 1500 à renseigner et diriger les visiteurs.

Les hôtesses témoignent. Parmi les questions reçues, la demande d’un rendez-vous galant revient fréquemment. Miss Hôtesse Expo 67, Joanna Woodman du pavillon de la Grande-Bretagne, raconte une charmante anecdote à ce sujet.

De jeunes hommes effectuent aussi des tâches d’orientation, mais sont peu nombreux. Ils travaillent à titre de guides dans les kiosques d’information.

Suivez-nous sur la page Facebook Les Archives de Radio-Canada

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine