Retour

Les jeux vidéo peuvent-ils améliorer l'espace public?

C'est la question que se sont posée de nombreux chercheurs et conférenciers dans le cadre du colloque Ludifier la ville, qui a eu lieu à l'Université du Québec à Montréal vendredi dernier. Leur réponse est claire : à l'instar des nouvelles technologies, les jeux vidéo pourraient dynamiser l'espace public et permettre à de purs inconnus de jouer ensemble, ne serait-ce que quelques minutes.

Un texte d’Alix Villeneuve

Selon le directeur au développement du Quartier des spectacles de Montréal, Éric Lefebvre, les jeux vidéo permettraient de rejoindre pratiquement tout le monde.

Ce n'est pas tout le monde qui est gamer dans la vie, mais je pense que tout le monde aime jouer!

Éric Lefebvre, directeur du développement du Quartier des spectacles de Montréal

Tout au long des présentations du colloque, de nombreux prototypes ont été proposés : un jeu de Pong géant, une projection sur les bâtiments ou un jeu de capture du drapeau grandeur nature, par exemple.

Imagine que tu es dans une place où il y a de l'attente. Comme un arrêt d'autobus avec un écran interactif. Si, par exemple, il était possible d’interagir avec l'écran, plusieurs personnes pourraient sortir leur appareil pour jouer [ensemble] sur l'écran géant.

Pascal Nataf, enseignant à l'Université de Montréal et vice-président de la Guilde des développeurs de jeux vidéo

Les leçons de Pokémon Go

L'exemple de l’application Pokémon Go, sortie l'été dernier, était sur toutes les lèvres des participants. L’espace de quelques mois, des milliers de joueurs à travers le monde ont envahi rues et quartiers, à la recherche de petits monstres rares.

Maude Bonenfant, professeure au département de communication sociale et publique de l'UQAM, a étudié le cas de Pokémon Go. Selon elle, davantage d'applications semblables vont voir le jour.

La réalité augmentée, cette technologie utilisée pour superposer une image virtuelle à une image réelle, n'en serait qu'à ses débuts dans les jeux vidéo et les applications mobiles. Les coûts de développement seraient faibles et le marché, important.

Pokémon a éduqué les gens. Les gens s'habituent à ce genre de technologie, de langage, de représentation du jeu. Vu qu'ils ont été initiés à Pokémon Go, ils ont appris comment ça fonctionne.

Maude Bonenfant, professeure au département de communication sociale et publique de l'UQAM

Un Game Jam en guise de laboratoire d'idées

Le colloque Ludifier la ville a lieu en marge du JamNATION, une compétition où des équipes formées de développeurs et de concepteurs ont deux jours pour créer un prototype de jeu vidéo. Cette fois, en guise de contrainte, les jeux devront être conçus pour l'espace public.

Cinq bourses seront offertes afin de permettre aux gagnants de continuer le développement de leurs idées. Les projets retenus seront présentés au printemps 2018 dans le Quartier des spectacles de Montréal.

Dans les minutes suivant leurs annonces, plusieurs participants étaient fébriles et excités.

Ça nous projette dans des émotions positives. C'est un stress le fun, qui nous [met] en ébullition!

Élaine Gusella, participante

J'ai trop d'idées, [mais] il n'y en a aucune qui sort de même!

Jamie Dorval Caya, participant

Les équipes ont jusqu'à dimanche 19 h 00 pour réaliser une vidéo illustrant leur idée. Les gagnants seront annoncés le 25 février dans le cadre de l'évènement Jeux indie du Festival Montréal Joue.

Plus d'articles