Retour

Les joueurs devront contrôler leurs émotions, dit Mauro Biello

Les deux entraîneurs ainsi que les attaquants Patrice Bernier et Sebastian Giovinco ont participé mercredi à une conférence téléphonique à ce sujet, à 6 jours du rendez-vous.

« Ce sera un match spécial pour l'Impact. Un moment très spécial pour l'équipe en raison de l'importance de l'enjeu (NDLR: une place en finale de la Coupe MLS) », a dit l'entraîneur montréalais Mauro Biello.

« C'est super de jouer au Stade olympique pour la finale d'association, et il y a une très bonne réponse du public », a dit Patrice Bernier.

Dimanche, l'Impact avait vendu plus de 50 000 billets. La capacité du stade olympique est de 61 000 places (pour le soccer).

« Ce sera peut-être un match qui inspirera la jeune génération de joueurs, qui en tirera une source de motivation, et aura envie de se rendre aussi loin. »

« Il y a un gros buzz à Montréal pour ce match, ça donne une extra motivation aux joueurs, et c'est super pour le soccer à Montréal et au Canada, a ajouté l'entraîneur de l'Impact. J'espère que les joueurs ont appris de la finale de la CONCACAF et que nous pourrons contrôler nos émotions. »

Le 29 avril 2015, l'Impact avait perdu en finale contre le Club America (Mexique), 4-2 (après avoir marqué le premier but du match), au Stade olympique devant 61 000 spectateurs.

« Ce sera inspirant de joueur devant tant de gens au Stade olympique de Montréal, a affirmé pour sa part l'attaquant du Toronto FC Sebastian Giovinco.

« Le soccer est le sport le plus populaire au monde, et c'est bien qu'il y ait de grosses foules. La pression sera sur Montréal, croit l'international italien. Nous, on s'est préparés de la meilleure façon possible. »

« On veut faire mieux que l'an dernier. On était vraiment embarrassés. Plusieurs joueurs s'en souviennent encore, et veulent oublier ce qui s'est passé », a rappelé l'entraîneur du Toronto FC, Greg Vanney.

L'Impact de Montréal avait blanchi le Toronto FC 3-0 au stade Saputo le 29 octobre 2015 pour obtenir une place en demi-finale de l'association de l'Est.

« Les cotes d'écoute nous diront à quel point ce match marquera l'histoire du soccer canadien. Mais c'est très gros de voir deux équipes canadiennes en finale d'association, et on pense dépasser les 100 000 spectateurs pour les deux matchs, croit M. Vanney.

« Quelle occasion pour le soccer canadien de se faire valoir, car une des deux ira en finale de la Coupe MLS. »

La surface artificielle du Stade olympique

Au sujet de la surface artificielle du stade olympique, Bernier admet qu'il y aura un temps d'adaptation inévitable.

« Faut s'habituer à la surface du stade, après une saison sur gazon naturel. Il faudra s'assurer qu'on est prêt physiquement, affirme l'attaquant montréalais, mais on aura quelques jours pour se préparer sur la surface artificielle. »

C'est l'Impact qui a choisi la surface, a rappelé Giovinco.

« L'Impact a choisi la surface pour favoriser son équipe, affirme Giovinco. Nous, on s'est préparés pour jouer sur toutes les surfaces, mais il faut s'attendre à un match très défensif. »

L’Impact tentera de se qualifier pour la finale de la Coupe MLS, qui aura lieu le 10 décembre, soit au domicile des Sounders de Seattle soit au domicile des Rapids du Colorado (selon le vainqueur de la finale de l’Association Ouest).

Rappelons qu’en demi-finale de l’Association Est, l’Impact a défait les Red Bulls de New York par la marque de 2-1 (3-1 au total des buts).

Plus d'articles